Un enfant israélien sur cinq souffre d’anxiété dans le contexte de la pandémie
Rechercher

Un enfant israélien sur cinq souffre d’anxiété dans le contexte de la pandémie

L’étude révèle que les enfants ultra-orthodoxes ne sont généralement pas affectés ; la majorité des enfants ont eu des difficultés avec les cours en ligne

Des élèves israéliens portant des masques faciaux retournent à l'école à Yad Mordechai, le 7 mars 2021. (Flash90)
Des élèves israéliens portant des masques faciaux retournent à l'école à Yad Mordechai, le 7 mars 2021. (Flash90)

Selon une étude récente, plus de 20 % des enfants en Israël souffriraient d’anxiété dans le contexte de la pandémie de coronavirus, soit plus du triple du taux moyen avant la crise sanitaire.

Selon l’étude, 21 % des parents ont déclaré que leurs enfants présentaient des symptômes d’anxiété clinique. Cependant, les données ont révélé de larges écarts entre les différentes communautés – avec 23 % des enfants dans des familles laïques, mais seulement 7 % des enfants dans la communauté ultra-orthodoxe.

L’étude a été dirigée par le professeur Michal Grinstein-Weiss du Social Policy Institute de l’Université de Washington, en collaboration avec le professeur Rami Benbenishty de l’Adler Institute et de l’Université hébraïque de Jérusalem.

Grinstein-Weiss a attribué les niveaux d’anxiété plus faibles parmi la communauté ultra-orthodoxe au fait que de nombreux établissements d’enseignement haredi ont continué à fonctionner malgré les confinements nationaux, selon le quotidien Haaretz.

Des enfants juifs ultra-orthodoxes rentrent chez eux après le Talmud Torah, à Jérusalem, le 18 octobre 2020. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

« Les ultra-orthodoxes ont perçu la pandémie différemment et ont plus ou moins maintenu leur routine de vie habituelle », a-t-elle déclaré, ajoutant que « l’anxiété qui résultait du coronavirus et des changements qu’il provoquait les avait moins affectés ».

Les chercheurs ont interrogé fin mars quelque 1 000 parents d’enfants âgés de 6 à 18 ans. L’étude a demandé aux parents de fournir des détails sur les enfants, notamment une section sur les symptômes d’anxiété.

Quelque 58 % des parents ont déclaré que leurs enfants « souffraient de solitude » depuis le début de la pandémie, 44 % ont ajouté que leurs enfants avaient besoin d’un soutien émotionnel et 55 % ont révélé qu’ils avaient eu des difficultés à s’adapter aux études en ligne lorsque les écoles ont fermé.

Une fillette israélienne lors d’un cours à distance, chez elle au Moshav Haniel, dans le nord d’Israël, le 25 janvier 2021. (Crédit : Chen Leopold / Flash90)

L’étude a été publiée dimanche avant la réouverture complète du système scolaire israélien.

Les ministres du gouvernement ont également annulé cette semaine le système de capsules qui exigeait que certaines classes étudient encore en petits groupes.

Israël a considérablement levé ces derniers mois les restrictions relatives au coronavirus en rouvrant des entreprises, des salles de spectacles et d’autres activités, alors que le taux de morbidité a chuté dans le contexte de la campagne de vaccination rapide du pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...