Un ex-employé fournit un témoignage dans l’affaire de fraude de Sara Netanyahu
Rechercher

Un ex-employé fournit un témoignage dans l’affaire de fraude de Sara Netanyahu

Menny Naftali dit qu'il demandera à la police de ne pas être entendu comme témoin de l'état concernant une mauvaise utilisation présumée des fonds publics

Le 26 décembre 2017, Menny Naftali, ancien gardien de la résidence du Premier ministre, s'est rendu au tribunal d'Herzliya. (Flash90)
Le 26 décembre 2017, Menny Naftali, ancien gardien de la résidence du Premier ministre, s'est rendu au tribunal d'Herzliya. (Flash90)

Un ancien gardien de la résidence du Premier ministre a fourni d’autres témoignages aux enquêteurs de la police mardi au sujet de la prétendue mauvaise utilisation des fonds publics par l’épouse du Premier ministre Benjamin Netanyahu, Sara.

Menny Naftali devait également demander à la police de préciser qu’il n’est pas le témoin d’État dans cette affaire.

« Je suis venu compléter l’enquête et aussi recevoir confirmation que je ne suis pas témoin d’Etat, ainsi ils ne le diront plus dans les médias », a déclaré Hadashot TV lorsque Naftali est arrivé au bureau de l’unité anti-corruption Lahav 433, à Lod.

En septembre, le procureur général Avichai Mandelblit a informé Sara Netanyahu qu’il avait l’intention de l’inculper de fraude pour avoir détourné quelque 360 ​​000 shekels dans des fonds publics pour son propre usage, avec l’intention spécifique d’éviter de payer des dépenses personnelles.

Sara Netanyahu, épouse du Premier ministre Benjamin Netanyahu, le 22 janvier 2018. (Yonatan Sindel / Flash90)

L’acte d’accusation a également nommé Ezra Saidoff, un ancien directeur général adjoint du bureau du Premier ministre, en tant que défendeur dans l’affaire.

« La décision a été prise après que le Procureur général a examiné le dossier et après avoir entendu les positions des sources concernées, y compris les recommandations de l’accusation et de la poursuite du Tribunal de Jérusalem pour examiner les accusations », avait déclaré à l’époque le bureau du procureur général.

Les accusations portent sur le retrait de fonds des caisses de l’Etat pour des repas privés commandés à la résidence du Premier ministre.

Selon la déclaration, Sara Netanyahu et Saidoff ont délibérément créé la « fausse apparence » selon laquelle il n’y avait pas de chef officiel travaillant à la résidence alors qu’en fait il y avait un employé à temps plein à ce poste, afin de leur permettre de «contourner le protocole», à savoir que dans le cas où il n’y a pas de chef employé, le premier ministre et sa famille ont le droit de charger l’État de la nourriture commandée à la résidence.

« De cette façon, ils ont frauduleusement reçu des centaines de repas de restaurants et de chefs extérieurs pour une valeur de 359 000 NIS », ajoute le communiqué, ajoutant que les accusations spécifiques portaient sur « fraude aggravée et abus de confiance ».

Naftali a été gardien à la résidence du Premier ministre en 2011-2012 et a affirmé avoir été agressé verbalement et physiquement par l’épouse du premier ministre pendant son travail. En février dernier, il a reçu 170 000 NIS de dommages et intérêts de la part de l’État après qu’un tribunal du travail eut accepté ses demandes.

En plus de l’affaire de fraude, Sara Netanyahu a été interrogée plus tôt ce mois-ci dans l’enquête sur la greffe de Bezeq. L’affaire implique des suspicions. Benjamin Netanyahu a proposé une régulation bénéficiant au propriétaire de Bezeq, Shaul Elovitch, en échange d’une couverture positive du site d’informations de Bezek Walla.

Shaul Elovitch arrive pour la prolongation de sa détention provisoire dans l’affaire 4000 devant le tribunal de première instance de Rishon Lezion, le 18 février 2018. (Flash90)

La Dixième chaîne a rapporté le mois dernier que les enquêteurs étaient en possession d’une correspondance entre Sara Netanyahu et la femme d’Elovitch semblant impliquer la femme du Premier ministre dans ce scandale.

L’agence de presse a publié un texto envoyé par Sara Netanyahu à Iris Elovitch pour dénoncer la couverture des Netanyahu sur Walla et l’exhorter à la modifier « rapidement ».

« Vous nous tuez. Vous nous massacrez. Vous détruisez l’état. Quel type de site est-ce? « Sara Netanyahu a écrit dans un message WhatsApp à un moment non spécifié, selon le rapport: « Changez ça. Faite quelque chose avec ça. Vous êtes les propriétaires du site. Rapidement.  »

Dans un autre texte, Netanyahu aurait demandé à Elovitch pourquoi le rédacteur de Walla, Aviram Elad, n’avait pas encore été renvoyé.

Les Netanyahu ont nié tout acte répréhensible.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...