Un ex-rédacteur en chef dit qu’il a été poussé à couvrir Netanyahu favorablement
Rechercher

Un ex-rédacteur en chef dit qu’il a été poussé à couvrir Netanyahu favorablement

Yinon Magal confirme qu'on lui a enjoint de dépeindre le Premier ministre - qui est accusé de manipuler les dirigeants des médias - et sa femme sous un angle positif

Une photo non datée de l'ancien éditeur Walla Yinon Magal en studio. (Moshe Shai/Flash90)
Une photo non datée de l'ancien éditeur Walla Yinon Magal en studio. (Moshe Shai/Flash90)

Yinon Magal, un ancien député qui a dirigé le site d’information Walla, a déclaré jeudi qu’il avait été contraint de présenter le Premier ministre Benjamin Netanyahu et sa famille sous un angle positif.

« Il y a eu d’intenses pressions exercées depuis le sommet pour obtenir une couverture favorable aux Netanyahu », a déclaré Magal à la Radio de l’armée.

Magal, qui a quitté Walla en 2014 pour se présenter à la Knesset avec le parti HaBayit HaYehudi, a par la suite précisé dans un tweet que Netanyahu n’était pas le seul politicien à faire l’objet d’une couverture médiatique positive.

« Pour être clair, la pression s’est également exercée non seulement pour Netanyahu, mais aussi pour d’autres personnalités politiques », a-t-il dit sans préciser.

Magal a déclaré à la radio de l’armée qu’il n’avait pas été convoqué pour témoigner devant la police dans les affaires de corruption en cours contre Netanyahu, qui incluent des accusations de manipulation des médias, mais a déclaré qu’il le ferait si on lui en faisait la demande.

« Si la police me convoque pour témoigner, je leur dirai certainement ce qui s’est passé là-bas », a-t-il dit.

Magal a indiqué qu’un représentant de Shaul Elovitch, propriétaire de Walla et ami de Netanyahu, était régulièrement présent dans la salle de rédaction.

Shaul Elovitch, actionnaire majoritaire de Bezeq (Crédit : Capture d’écran Calcalist)

Selon Haaretz, les forces de l’ordre soupçonnent que, en échange de l’abandon d’une couverture médiatique négative de la famille Netanyahu, Elovitch, qui est l’actionnaire majoritaire de Bezeq, s’est vu promettre que le gouvernement freinerait les réformes qui auraient nui aux résultats de la compagnie de télécommunications.

Elovitch est considéré comme un ami personnel de Netanyahu, et les critiques ont longtemps dénoncé le conflit d’intérêts que cette relation pourrait causer au Premier ministre en sa qualité de ministre des Communications, un poste qu’il a occupé de la fin de 2014 à février de l’année dernière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...