Rechercher

Un juge US réduit de 26 à 2,35 M de $ les indemnités des victimes de Charlottesville

Le juge Norman Moon s'en tient à la loi de Virginie qui plafonne les dommages-intérêts punitifs à 350 000 $, mais maintient les 2 M de $ de dommages compensatoires

Des fleurs entourant une photo de Heather Heyer, 32 ans, tuée lorsqu'une voiture a foncé sur une foule de personnes qui protestaient contre le rassemblement suprémaciste blanc Unite the Right, à Charlottesville, en Virginie, le 13 août 2017. (Crédit : Chip Somodevilla/Getty Images/AFP)
Des fleurs entourant une photo de Heather Heyer, 32 ans, tuée lorsqu'une voiture a foncé sur une foule de personnes qui protestaient contre le rassemblement suprémaciste blanc Unite the Right, à Charlottesville, en Virginie, le 13 août 2017. (Crédit : Chip Somodevilla/Getty Images/AFP)

JTA – Le juge américain chargé du procès civil intenté contre les organisateurs de la marche suprémaciste blanche de 2017 à Charlottesville, en Virginie, qui a entraîné la mort d’une jeune manifestante, a réduit les indemnités accordées aux victimes.

Les victimes de l’affaire, portée par deux avocats juifs qui se sont donnés pour mission de frapper les néo-nazis via leur compte en banque, recevront 2,35 millions de dollars, et non 26 millions de dollars comme accordés précédemment par un jury, a décidé mardi le juge Norman Moon.

La décision de Moon était attendue car il s’est appuyé sur une loi de Virginie qui plafonne les dommages-intérêts punitifs à 350 000 dollars, a rapporté le Washington Post. Le jury dans cette affaire, qui s’est terminée en novembre 2021, avait accordé 24 millions de dollars de dommages punitifs.

Moon a maintenu les 2 millions de dollars de dommages compensatoires destinés à remplacer les salaires perdus et autres dépenses liées au fait d’être victime, ce qui porte le total dû aux victimes à 2,35 millions de dollars.

Les défendeurs dans cette affaire, cinq membres de groupes d’extrême-droite qui ont organisé la marche, ont déclaré en novembre qu’ils étaient ruinés et qu’ils ne seraient pas en mesure de payer quoi que ce soit.

Parmi les plaignants figuraient la mère de Heather Heyer, une contre-manifestante qui a été tuée, et d’autres personnes qui ont été blessées ou autrement affectées par les attaques.

Integrity First for America, une organisation à but non lucratif dont Amy Spitalnick est la PDG, a convoqué les plaignants et les avocats pour le procès. Dans un article publié en 2020 par la Jewish Telegraphic Agency, Spitalnick a déclaré que l’objectif du procès était de tenir les organisateurs d’extrême-droite « responsables devant les tribunaux de la violence qu’ils ont orchestrée, avec la possibilité de les mettre en faillite et de les démanteler par le biais d’importants jugements civils ».

Les avocats des plaignants ont fait valoir que l’ampleur des sanctions initiales pourrait inhiber la violence de l’extrême-droite, même si les plaignants, dans ce cas, ne peuvent obtenir le montant total.

Les deux principaux avocats, Me Roberta Kaplan et Me Karen Dunn, ont déclaré au Washington Post qu’ils envisageaient de faire appel de la décision de Moon de respecter la loi de Virginie plafonnant les dommages-intérêts punitifs à 350 000 dollars.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.