Un lance-roquettes démilitarisé retrouvé dans un local désaffecté en France
Rechercher

Un lance-roquettes démilitarisé retrouvé dans un local désaffecté en France

La découverte a été réalisée dans la zone industrielle de Caluire, près de Lyon, par deux agents municipaux, dans un local désaffecté derrière une école musulmane

Illustration d'une voiture de police française (Crédit : David Monniaux/Wikimedia communs/CC BY SA 3.0)
Illustration d'une voiture de police française (Crédit : David Monniaux/Wikimedia communs/CC BY SA 3.0)

L’homme placé en garde à vue après la découverte d’un lance-roquettes démilitarisé dans un entrepôt désaffecté à Caluire-et-Cuire (banlieue de Lyon) a été mis hors de cause et le propriétaire de l’engin identifié, a indiqué vendredi une source proche de l’enquête.

« La garde à vue a été levée hier (jeudi) soir », a-t-elle déclaré à l’AFP.

Selon cette source, le lance-roquette a été « laissé » dans le local par l’ancien locataire des lieux, une société d’emballage et de conditionnement de produits, notamment militaires.

Un obus fumigène, un étui vide et quelques autres objets avaient été également trouvés à proximité.

« C’était un modèle inerte et lesté, destiné à la formation. Un obus fumigène, un étui vide et quelques autres éléments ont été également trouvés à proximité », a-t-elle ajouté à l’AFP, confirmant une information de M6 Info.

« Le lance-roquettes était posé à même le sol », a précisé pour sa part une source municipale.

L’entrepôt où a été découvert le lance-roquettes est situé juste derrière les murs d’une école privée musulmane dont le responsable a été placé en garde à vue dans le cadre de « vérifications », a-t-on souligné de même source.

Les murs du local désaffecté et de l’école viennent d’être acquis par la mairie de Caluire-et-Cuire, selon cette dernière, dans le cadre de l’agrandissement du centre technique communal.

La direction interrégionale de la police judiciaire a été saisie de l’enquête pour « infraction à la législation sur les armes » et « association de malfaiteurs ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...