Un maire palestinien contraint à démissionner après une conférence à Tel Aviv
Rechercher

Un maire palestinien contraint à démissionner après une conférence à Tel Aviv

Hamdallah Hamdallah, maire d'Anabta en Cisjordanie, a été accusé de "normalisation" avec l'Etat juif pour avoir pris part à une conférence avec des Israéliens contre le plan Trump

Hamdallah Hamdallah, le maire de la ville palestinienne d'Anataba en Cisjordanie. 
(Capture d'écran : YouTube)
Hamdallah Hamdallah, le maire de la ville palestinienne d'Anataba en Cisjordanie. (Capture d'écran : YouTube)

Samedi, un maire palestinien a été contraint à la démission après avoir fait l’objet de critiques publiques pour avoir participé à une conférence avec des responsables israéliens à Tel Aviv.

Hamdallah Hamdallah, le maire de la ville cisjordanienne d’Anabta, était l’un des officiels de l’Autorité palestinienne présent au rassemblement de vendredi pour exprimer son soutien à une solution à deux États et son opposition au plan de paix dévoilé le mois dernier par l’administration du président américain Donald Trump.

Les officiels israéliens à la conférence, intitulée « Oui, à la paix, non à l’annexion » étaient principalement des anciens politiciens de gauche et des figures publiques arabes israéliennes.

Après la publication d’articles dans les médias sur la conférence, de nombreux palestiniens opposés à la « normalisation » avec l’Etat juif ont protesté contre Hamdallah sur les réseaux sociaux.

Hamdallah et d’autres officiels ont déclaré qu’ils avaient participé à la conférence à l’invitation du parti du Fatah du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Dans une longue publication Facebook samedi, Hamdallah a expliqué qu’il avait pris par à la conférence en tant que membre du Fatah plutôt que maire d’Anabta. Il a toutefois conclu que « parce que je suis le fils de ce beau pays, que j’aime du plus profond de mon cœur… je laisse à la population de ma ville le soin de choisir quelqu’un d’autre pour diriger la municipalité ».

« Je suis fatigué, non pas du travail mais des querelles et de l’absurdité, et je laisse ce fardeau à quiconque pourra le porter. »

Hamdallah était le maire d’Anabta, une ville à proximité de Tulkarem dans le nord-ouest de la Cisjordanie, entre 1997 et 2005 et à nouveau de 2016 jusqu’à sa démission samedi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...