Un officier emprisonné et un sergent démis de ses fonctions après un bizutage
Rechercher

Un officier emprisonné et un sergent démis de ses fonctions après un bizutage

Le lieutenant de l'unité d'élite Maglan avait attaché un jeune soldat à un mât et lui a jeté de l'eau et du tahini dessus

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats de l'unité de reconnaissance Maglan participent à un exercice d'entraînement à Chypre en octobre 2018. (Armée israélienne)
Des soldats de l'unité de reconnaissance Maglan participent à un exercice d'entraînement à Chypre en octobre 2018. (Armée israélienne)

Mercredi, un jeune officier d’une unité de commando a été condamné à quatre semaines dans une prison militaire et un sergent a été suspendu de ses fonctions suite à un bizutage au sein de l’armée, a annoncé Tsahal.

Dans le cadre du « rituel d’initiation », le lieutenant – le chef de l’équipe dans l’unité Maglan – a attaché un jeune soldat à un mât et lui a jeté de l’eau et du tahini dessus. Quand d’autres officiers de l’unité ont vu le bizutage, ils seraient intervenus pour le faire cesser.

Le lieutenant a été immédiatement relevé de ses fonctions le temps de l’enquête, a annoncé l’armée.

L’unité d’élite Maglan, qui fait partie de la Brigade Commande de Tsahal, fait l’objet de critiques depuis longtemps, notamment par le haut commandement de Tsahal, pour avoir sa culture des pratiques d’entraînement dangereuses. Il y a notamment eu le cas d’un soldat de l’unité qui a été blessé à vie. Il est maintenant cloué dans un fauteuil roulant, après avoir sauté d’une voiture en marche dans des buissons dans le cadre d’un exercice en 2018.

« Hier (mercredi), le chef de l’équipe a été jugé devant un tribunal militaire en présence du chef de la Brigade commando et a été reconnu coupable de conduite inappropriée pour un officier dans ses actions. Lors de l’audience disciplinaire, il a été condamné à 28 jours de prison. En outre, le commandant de la [98ème Division le général Yaron Finkleman] a été démis de ses fonctions », a indiqué Tsahal.

Un autre responsable de l’unité qui était présent sur place – un sergent – a également été démis de ses fonctions pour ne pas être intervenu et empêché le bizutage.

« Tsahal rejette ce type de pratique inacceptable, l’armée continuera à travailler pour purger ce type de comportement et mènera une enquête sur [tous] les événements touchant aux questions morales », a souligné Tsahal dans un communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...