Rechercher

Un orchestre israélien a joué en Égypte pour la première fois en 40 ans

À l'occasion de Yom HaAtsmaout, l'orchestre Firqat Alnoor interprète des classiques égyptiens ; l’envoyée d'Israël applaudit le pouvoir de la musique pour combler les fossés

L'orchestre israélien Firqat Alnoor joue devant les pyramides du Caire dans le cadre des célébrations de la fête de l'indépendance de l'ambassade d'Israël en mai 2022. (Crédit : Capture d'écran/Kan)
L'orchestre israélien Firqat Alnoor joue devant les pyramides du Caire dans le cadre des célébrations de la fête de l'indépendance de l'ambassade d'Israël en mai 2022. (Crédit : Capture d'écran/Kan)

Un orchestre israélien s’est produit en Égypte pour la première fois en 40 ans, surprenant les habitants en jouant des classiques égyptiens des années 50 et 60.

L’événement a eu lieu durant les célébrations du 74e anniversaire de l’indépendance d’Israël à l’ambassade d’Israël au Caire, selon un reportage réalisé mardi par la chaîne publique Kan.

Ariel Cohen, chef d’orchestre et cofondateur de l’orchestre Firqat Alnoor, a décrit l’excitation de pouvoir se produire dans ce pays arabe, qui a signé un accord de paix avec Israël en 1979, mais avec lequel les relations sont restées froides.

« Je n’arrivais pas à y croire », a déclaré Cohen lors d’une interview accordée à la chaîne publique Kan. « Je n’ai pas pu retenir mes larmes », a-t-il ajouté, soulignant l’accueil chaleureux que le groupe a reçu partout où il est passé.

« La musique égyptienne a toujours occupé une place importante dans ma vie artistique. Personnellement, me produire là-bas a été pour moi la réalisation d’un rêve », a déclaré Cohen.

« Le public égyptien qui a assisté à l’événement était stupéfait de voir un orchestre [israélien] jouer de la musique égyptienne, et pas de la pop ou de la fusion, mais l’ADN de la musique égyptienne… et de la jouer comme on la jouait en Égypte dans les années 50 ou 60 – ils ont vraiment apprécié et nous ont félicités. C’était un énorme plaisir de jouer devant un tel public », a-t-il déclaré.

Et même si la musique seule ne suffit sans doute pas à réchauffer les relations entre Égyptiens et Israéliens, Cohen a déclaré que « la musique, lorsqu’elle est bien jouée, peut rapprocher les gens, et c’est ce que nous avons vu lorsque nous nous sommes produits là-bas ».

Pas tout le monde était aussi enthousiaste à l’égard de cette initiative.

S’emparant des réseaux sociaux, certains Égyptiens et d’autres ressortissants du monde arabe ont qualifié la performance de « trahison ».

« Le régime égyptien perfide dirigé par [Abdel-Fattah] el-Sissi ouvre ses portes à l’occupation israélienne », a tweeté un utilisateur.

« Les Israéliens célèbrent leur fête de l’indépendance devant les pyramides, honte à l’Égypte », a écrit un autre.

Mais les commentaires ont surtout montré à quel point un spectacle israélien en terre égyptienne est perçu comme inhabituel et rare.

Un policier du Hamas marche devant de grands portraits du président égyptien Abdel Fattah el-Sissi, tandis que les dirigeants du Hamas rencontrent le chef des services de renseignement égyptiens Abbas Kamel dans la ville de Gaza, le 31 mai 2021. Illustration (Crédit : Adel Hana/AP)

L’ambassadrice d’Israël en Égypte, Amira Oron, qui a lancé l’initiative, a vanté le pouvoir de la musique pour rassembler les gens.

« Il y avait beaucoup d’enthousiasme et d’excitation, ce qui prouve que la culture et la musique spécifiquement constituent un pont idéal pour relier les peuples et les pays », a déclaré Oron.

« De tels événements sont le reflet de la concrétisation de mots comme ‘paix’ et ‘stabilité' », a-t-elle fait valoir. « La visite a été rendue possible grâce au travail acharné du personnel de l’ambassade et a été accueillie avec beaucoup d’enthousiasme par les nombreux invités, égyptiens et étrangers », a ajouté Mme Oron.

L’orchestre Firqat Alnoor (traduit de l’arabe par « le groupe de lumière ») joue principalement de la musique arabe et méditerranéenne classique. Il a été créé en 2013 dans le but de promouvoir la musique commune aux cultures juive et musulmane.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...