Un Palestinien attaque un soldat en Cisjordanie avec une hache
Rechercher

Un Palestinien attaque un soldat en Cisjordanie avec une hache

D’autre part, deux enfants palestiniens de 12 ans ont été arrêtés avec des couteaux à Jérusalem et sont suspectés d’avoir prévu une attaque au couteau

Des soldats israéliens sur le mont du Temple près de la mosquée Al-Aqsa (Crédit : AFP/AHMAD GHARABLI)
Des soldats israéliens sur le mont du Temple près de la mosquée Al-Aqsa (Crédit : AFP/AHMAD GHARABLI)

Un Palestinien a attaqué jeudi un soldat israélien en Cisjordanie avec une hache, a annoncé l’armée.

Les soldats présents sur place ont tiré sur l’assaillant, près du camp de réfugiés d’Al-Aroub au nord de Hébron. Les médias palestiniens annoncent que l’assaillant a été tué.

Il s’agit d’Ibrahim Brad’aih, 54 ans et résident du camp de réfugiés d’Al-Aroub.

La hache aurait apparemment touché le casque du soldat, qui n’a pas été blessé, selon des témoignages non confirmés de l’incident.

Plut tôt, deux garçons palestiniens de 12 ans ont été arrêtés dans la Vieille Ville de Jérusalem quand la police a découvert trois couteaux cachés dans l’un de leurs manteaux.

La police israélienne a annoncé qu’il semblait que les enfants prévoyaient une attaque au couteau. Ils ont été arrêtés pour être fouillés après avoir déclenché la suspicion des policiers sur place.

Les enfants habitent en Cisjordanie, et sont détenus près du mont du Temple, selon le site d’informations Ynet.

Les enfants avaient aussi une lettre d’adieu pour leurs parents dans leurs affaires.

En début de semaine, le service des prisons avait annoncé avoir approuvé la libération d’une Palestinienne de 12 ans qui avait avoué avoir prévu une attaque au couteau dans une implantation de Cisjordanie. Assaf Librati, porte-parole du service des prisons, a déclaré lundi que les autorités avaient décidé de libérer la jeune fille le 24 avril, six semaines avant sa libération prévue. Il a déclaré que la décision avait été prise en raison de son « jeune âge ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...