Un parti espagnol décrié pour une caricature d’Obama ‘antisémite’
Rechercher

Un parti espagnol décrié pour une caricature d’Obama ‘antisémite’

Izquierda unida a tweeté une image du président américain embrassant un Juif orthodoxe et prenant de l'argent de sa poche avec le hashtag #ObamaGoHome

La caricature publiée par la branche madrilène du parti espagnol de gauche, Izquierda unida
La caricature publiée par la branche madrilène du parti espagnol de gauche, Izquierda unida

Les Juifs espagnols ont condamné un parti de gauche qui a publié une image qualifiée d’antisémite. Cette caricature a été postée pour protester contre la prochaine visite du président Barack Obama dans le pays.

Jeudi, la branche madrilène de Izquierda Unida, ou Gauche unie, a tweeté une image controversée qui montre une représentation d’un Obama affublé de grosses lèvres, debout derrière un mur au milieu des explosions et étreignant un Juif orthodoxe avec une kippa arborant l’étoile de David et retirant une liasse de billets de la poche du Juif. Le parti a utilisé le hashtag #ObamaGoHome.

Izquierda unida, qui dispose de huit législateurs sur 350 au Congrès espagnol, a plus tard tweeté une photo du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu rendant visite à une victime d’attaque terroriste dans un hôpital. « Mais si seulement il y avait une occasion de rendre visite aux soldats blessés de l’Etat islamique ».

Dans les milieux d’extrême-gauche en Europe occidentale, beaucoup affirment qu’il existe une équivalence, une coopération ou les deux à la fois entre Israël et ce groupe terroriste.

« Izquierda unida charrie les stéréotypes antisémites les plus répugnants avec cette image », a écrit la Fédération des communautés juives d’Espagne, ou FCJE, dans un communiqué vendredi, « en conformité avec le journal nazi Der Sturmer, essayant de caricaturer et de vitupérer des mythes sans fondement et diffamatoires contre les noirs et les Juifs, ainsi que des démocraties stables comme les États-Unis et son allié, Israël ».

ACOM, un groupe basé à Madrid qui se consacre à la défense de la position d’Israël en Espagne et à la lutte contre les tentatives de boycott de l’Etat juif, a appelé les autorités à prendre des mesures contre les personnes responsables de la diffusion de l’image.

« Dans tous les pays civilisés, les procureurs feraient leurs travail et les parties responsables auraient été arrêtés par la police », a dénoncé ACOM dans sa déclaration jeudi. « Nous exhortons les autorités compétentes à mettre fin à leur inaction et à prendre leurs responsabilités ».

Par ailleurs, plus tôt ce mois-ci, un tribunal espagnol a ordonné la suspension de motions de soutien au boycott d’Israël, qui avaient été approuvées en avril par la municipalité de Barberá del Vallès dans la région autonome de Catalogne.

Continuant dans la lignée des jugements rendus par les instances juridiques supérieures espagnoles au cours de cette dernière année, le cinquième tribunal administratif de Barcelone a ordonné que les motions soit abandonnées car elles risquent d’encourager la discrimination.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...