Rechercher

Un plongeur découvre une épée datant des Croisades au large de la côte du Carmel

Recouverte d'organismes marins, cette épée vieille de 900 ans, avec une lame d'un mètre de long, est dans un état de conservation parfait, selon les experts

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Nir Distelfeld, inspecteur pour l'Autorité israélienne des antiquités, avec l'épée datant des Croisades. (Crédit :Anastasia Shapiro/Israel Antiquities Authority)
Nir Distelfeld, inspecteur pour l'Autorité israélienne des antiquités, avec l'épée datant des Croisades. (Crédit :Anastasia Shapiro/Israel Antiquities Authority)

Un plongeur a découvert une épée datant de la période des croisés, frappée il y a environ 900 ans, au large de la plage du Carmel, dans le nord du pays, aux côtés d’autres artéfacts, a annoncé lundi l’Autorité israélienne des antiquités.

Shlomi Katzin, qui habite à Atlit, a donné l’arme à l’Autorité israélienne des antiquités, qui lui a accordé un certificat de bonne citoyenneté en retour.

Katzin a découvert l’épée lors d’une plongée, samedi, faite au large de la côte où les vagues et les courants marins avaient apparemment déplacé le sable, révélant le précieux objet, a noté l’AIA dans un communiqué. A la recherche de pierres originales ou de vieilles ancres en métal, Katzin a remarqué l’épée, recouverte d’organismes marins. La lame de l’épée mesure un mètre de long et sa poignée fait 30 centimètres.

« L’épée, qui a été conservée dans un état parfait, est une découverte à la fois belle et rare et elle avait appartenu à l’évidence à un chevalier des Croisades », a commenté Nir Distelfeld, inspecteur à l’Unité de prévention des vols de l’Autorité. Il a ajouté qu’elle était probablement en fonte.

Inquiet à l’idée que d’autres puissent trouver l’épée avant que les responsables de l’Autorité israélienne des antiquités n’aient la chance de l’observer, Katzin a ramené sa trouvaille sur le rivage et l’a emmenée au bureau du district du nord de l’Unité de prévention des vols. « L’épée a été confiée au département des trésors nationaux », a fait savoir le communiqué.

« Une fois que l’épée aura été nettoyée et observée dans les laboratoires de l’Autorité, nous ferons en sorte qu’elle soit exposée au public », a commenté le directeur général de l’AIA, Eli Escosido.

Le plongeur Shlomi Katzin avec son épée. (Crédit : Nir Disteleld/Israel Antiquities Authority)

Pour sa part, le chef de l’Unité d’archéologie marine au sein de l’Autorité, Kobi Sharvit, a expliqué que la côte du Carmel, avec ses nombreuses criques naturelles, avait offert un refuge aux bateaux pendant les tempêtes à travers les siècles.

« Ces conditions ont attiré depuis toujours les navires marchands qui ont laissé derrière eux des trouvailles archéologiques d’une grande richesse », a-t-il dit. « Cette épée qui a été découverte récemment en est un exemple parmi d’autres ».

Le site où l’épée a été trouvée avait été remarqué pour la première fois au mois de juin et il est depuis contrôlé par l’AIA parce qu’il contient des objets dignes d’intérêt au niveau archéologique. Les découvertes faites jusqu’à présent montrent qu’il était déjà utilisé il y a 4 000 ans comme site d’ancrage naturel et l’épée indique qu’il était encore prisé il y a 900 ans, a dit l’AIA.

Toutefois, les découvertes sont aléatoires dans la mesure où les objets sont souvent dissimulés par le sable des fonds marins.

« Même les plus petites intempéries déplacent le sable et peuvent alors révéler certains objets tout en enterrant d’autres », a expliqué Sharvit, qui a noté que les découvertes étaient plus nombreuses depuis que l’intérêt des Israéliens pour la plongée a augmenté, ces dernières années.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...