Un politicien tunisien appelle – entre autres – à la normalisation avec Israël
Rechercher

Un politicien tunisien appelle – entre autres – à la normalisation avec Israël

Le chef du Parti libéral tunisien a déclaré que "l’hostilité envers Israël, et l’amour de la cause palestinienne ne sont pas les vrais problèmes de la Tunisie"

Un activiste politique tunisien a appelé à une normalisation avec Israël, déclarant que c’était dans « les meilleurs intérêts de la Tunisie ».

Mounir Batour, chef du Parti libéral de Tunisie – qui n’a pas de sièges au Parlement – s’est exprimé à la télévision tunisienne le 19 avril, débattant avec un député qui a déchiré un drapeau israélien lors d’une session parlementaire.

Batour a déclaré que les actions du député Ammar Amroussia étaient un geste vide de sens. « Comment Israël a-t-il été affecté par le fait que vous ayez déchiré son drapeau ? C’était un geste sans utilité ni impact. Il a pris une feuille de papier A4 et l’a déchirée. Ce n’était rien d’autre que du show ».

« L’Etat d’Israël existe, c’est un membre des Nations Unies et de toutes les organisations internationales, et son drapeau flotte partout. Alors que vous le déchiriez ou non, cela n’a pas d’intérêt pour Israël ».

Il a dit que son parti appelait à la « paix » et aux relations économiques normales avec tous les pays.

« Nous croyons que l’hostilité envers Israël et l’amour de la cause palestinienne ne sont pas les vrais problèmes de la Tunisie ajourd’hui. Les problèmes de la Tunisie sont sociaux et économiques », a-t-il dit.

Député tunisien Ammar Amroussia (Capture d’écran de Tunisna TV, avec la permission de MEMRI)

Amroussia a accusé Batour et son parti d’être une cinquième colonne dans la société tunisienne. « Vous combattez pour les armées ennemies », a-t-il lancé.

« Nous appellons à la paix », a répondu Batour.

« Vous appellez à la capitulation », a rétorqué Amroussia.

Le présentateur Walid Zrbi a aussi suggéré que la normalisation des liens avec Israël pourrait constituer une trahison, une affirmation que Batour a contestée.

Les deux invités se sont aussi disputés quand à savoir comment appeler Israël, avec Amroussia qui insistait pour appeler l’Etat juif « l’entité sioniste » et Batour disant qu’il l’appelerait Israël.

Batour a critiqué Amroussia pour sa stigmatisation Israël tout en ignorant d’autres conflits.

« Pourquoi vous ne rompez pas les liens avec l’Iran, qui occupe trois îles des Emirats Arabes Unis depuis 1971 ?… Pourquoi vous ne boycottez pas la Turquie qui occupe le Sandjak d’Alexandretta ? Le Sandjak d’Alexandretta est plus grand que la Palestine… Pourquoi vous ne boycottez pas l’Egypte, qui occupe Halaib du Soudan ?… Pourquoi vous ne boycottez pas l’Espagne… qui occupe Ceuta et Melilla, avec 21 îles marocaines ».

La semaine dernière, la Tunisie a tenu ses premières élections municipales libres depuis sa révolution de 2011 qui avait lancé les soulèvements des Printemps arabes.

Le mouvement islamiste Ennahdha, qui a présenté un candidat juif, est arrivée en tête dans plusieurs des principales villes du pays, y compris Tunis, sans remporter une majorité absolue.

Des listes indépendants au niveau national ont remporté 2 367 sièges, seulement presqu’un tiers du total.

Ennahdha a remporté 2 135 sièges et le parti Nidaa Tounes du président Beji Caid Essebsi a remporté 1 595 sièges.

L’élection de dimanche a été saluée comme une autre étape en chemin vers la démocratie dans le pays d’Afrique du Nord, qui a été salué pour sa transition après des décennies de dictature.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...