Rechercher

Un prisonnier palestinien arrête une grève de la faim entamée en mars

Le Club des prisonniers palestiniens a annoncé que Khalil Awawdeh, en détention administrative, avait recommencé à s'alimenter à la faveur d'un "accord" avec Israël

Khalil Awawdeh, un Palestinien qui a entamé une grève de la faim depuis plusieurs mois pour protester contre sa détention administrative, est alité à l'hôpital Asaf Harofeh de Be'er Ya'akov, le 24 août 2022. (Crédit : AP/Mahmoud Illean)
Khalil Awawdeh, un Palestinien qui a entamé une grève de la faim depuis plusieurs mois pour protester contre sa détention administrative, est alité à l'hôpital Asaf Harofeh de Be'er Ya'akov, le 24 août 2022. (Crédit : AP/Mahmoud Illean)

Le prisonnier palestinien Khalil Awawdeh, détenu par Israël et dont le sort est au cœur d’une trêve entre le groupe terroriste du Jihad islamique palestinien et l’Etat hébreu, a annoncé mercredi soir avoir cessé sa grève de la faim entamée en mars à la faveur d’un accord de libération.

Agé de 40 ans, l’homme originaire de la région de Hébron, en Cisjordanie, est depuis décembre dernier en détention administrative, une mesure controversée de l’Empire ottoman permettant à Israël d’écrouer des personnes sans accusation formelle.

Il avait lancé en mars une grève de la faim pour protester contre sa détention, dont les raisons n’ont pas été révélées. Des responsables palestiniens ont chiffré mercredi à 172 jours au total sa grève de la faim, sachant qu’il avait fait une pause de quelques jours.

Mercredi soir, le Club des prisonniers palestiniens, une organisation défendant les détenus palestiniens, a annoncé que M. Awawdeh avait mis un terme à sa grève de la faim à la faveur d’un « accord » avec Israël.

Puis, dans une vidéo diffusée par sa famille, depuis son lit d’hôpital, M. Awawdeh, rachitique et affaibli, a déclaré cesser sa grève en raison d’un accord en vue de sa libération.

« La nouvelle de la libération est tombée aujourd’hui, de sorte que je serai libéré le 2 octobre. D’ici là, je resterai à l’hôpital pour (…) récupérer », a-t-il déclaré en arabe, évoquant une « grande victoire pour le peuple » palestinien.

Un médecin de l’ONG Physicians for Human Rights Israel s’était rendu vendredi à son chevet et avait affirmé qu’il devait être libéré immédiatement pour avoir « une chance de survivre ». Il « pèse environ 36 kilos et souffre de douleurs dans tout le corps », avait-il dit.

Dalal, l’épouse de Khalil Awawdeh, prisonnier palestinien en Israël, montre sa photo dans leur maison familiale, dans la ville d’Idna, en Cisjordanie, à l’ouest d’Hébron, le 17 août 2022. (Crédit : AP Photo/Nasser Nasser)

Après une escalade militaire meurtrière de trois jours, début août, Israël et le Jihad islamique, second groupe terroriste islamiste armé palestinien après le Hamas, avaient annoncé un accord de trêve qui prévoyait, selon des responsables palestiniens, la libération de Khalil Awawdeh et celle de Bassam al-Saadi, ténor du Jihad islamique.

Bassam al-Saadi, arrêté le 1er août, a été formellement inculpé par un tribunal militaire israélien pour soutien et transfert de fonds à une organisation « terroriste ».

Plusieurs analystes palestiniens craignaient que la mort en détention de M. Awawdeh ne mène à de nouveaux affrontements entre le Jihad islamique et Israël.

« Il a arrêté sa grève de la faim après un accord pour sa libération le 2 octobre (…) cela fait partie de l’accord de trêve », a déclaré à l’AFP un haut responsable du Jihad islamique requérant l’anonymat.

Israël n’a pas communiqué dans l’immédiat sur cette annonce.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...