Un riche philanthrope juif promet de ne pas donner d’héritage à ses enfants
Rechercher
Un Andrew Carnegie russe

Un riche philanthrope juif promet de ne pas donner d’héritage à ses enfants

L’oligarque russe Mikhail Fridman, qui possède 13 milliards de dollars, dit qu’il veut que ses enfants fassent leur propre chemin et qu’il donnera sa fortune à des associations

Mikhail Fridman pendant le Marathon musical 5775 à Moscou, le 24 juin 2014. (Crédit : autorisation du Congrès russe juif)
Mikhail Fridman pendant le Marathon musical 5775 à Moscou, le 24 juin 2014. (Crédit : autorisation du Congrès russe juif)

Le milliardaire juif russe Mikhail Fridman, dont la fortune nette a été évaluée par Forbes à 13,3 milliards de dollars, a récemment annoncé qu’il donnerait toute sa fortune à des œuvres caritatives et qu’il ne laisserait rien à ses enfants.

Fridman, qui est selon le magazine le deuxième homme le plus riche de Russie, a déclaré vendredi devant le public du Forbes Club en Russie qu’il pensait qu’il serait mieux pour ses enfants qu’ils n’héritent pas de son argent.

« Je ne suis pas un grand fan de telles déclarations publiques, mais je peux dire que je vais donner tout mon argent à des œuvres caritatives. Je ne prévois pas de donner d’argent à mes enfants », a déclaré Fridman, selon une traduction de Russia Today.

Le milliardaire a dit qu’il voulait que ses enfants suivent leur propre voie, comme lui. Leur riche père a également dit qu’il avait peur que leur donner de grandes quantités d’argent n’entraînent des risques pour eux.

Il a mentionné que sa fille aînée Laura, qui a à présent 22 ans, pouvait être la cible d’hommes avec de mauvaises intentions. Il a quatre enfants, dont le plus jeune a 10 ans.

Fridman, copropriétaire du groupe Alfa – le plus gros groupe d’investissements financiers et industriels en Russie – a déclaré que ses associés avaient également pris la même décision sur leur héritage.

Left to right: Jewish Agency chairman Natan Sharansky, Genesis Philanthropy Group chairman Mikhail Fridman, Prime Minister Benjamin Netanyahu and Cabinet secretary general Tzvi Hauser (photo credit: Amos Ben Gershom/Flash90)
De gauche à droite : le président de l’Agence juive Natan Sharansky, le président du groupe philanthropique Genesis Mikhail Fridman, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le secrétaire général du cabinet Tzvi Hauser. (Crédit : Amos Ben Gershom/Flash90)

L’oligarque russe a dans le passé utilisé sa fortune et son pouvoir pour promouvoir la culture juive et pour influencer la politique israélienne.

En 2012, le groupe philanthropique Genesis de Fridman a fondé le prix Genesis, avec lequel le Premier ministre israélien récompense tous les ans d’un million de dollars les Juifs qui ont acquis une reconnaissance mondiale pour leurs réussites dans les domaines scientifiques et artistiques.

Pendant son discours de la première cérémonie de récompense du prix Genesis, qui avait été attribué à l’ancien maire de New York Michael Bloomberg, Fridman avait déclaré que le judaïsme était une carte pour le succès, et une capacité unique à inspirer l’innovation.

« Nos ancêtres nous ont laissé quelque chose de bien plus important que des terrains, des châteaux, ou des titres, avait déclaré Fridman. Ils nous ont laissé la parole, le livre et un ensemble de valeurs et de règles qui, si elles sont comprises correctement et appliquées avec diligence, mènent à la récompense finale dans la vie – un sentiment d’accomplissement et de réalisation de soi. »

En 2013, Fridman et 99 autres notables russes juifs avaient envoyé une lettre au Premier ministre Benjamin Netanyahu lui demandant d’ignorer les récentes demandes des Juifs américains pour céder du territoire en échange de la paix.

JTA a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...