Un vol retardé par des ultra-orthodoxes refusant de s’asseoir à côté de femmes
Rechercher

Un vol retardé par des ultra-orthodoxes refusant de s’asseoir à côté de femmes

Les passagers ont déclaré que l’avion d’El Al a décollé avec 75 minutes de retard à cause des demandes de 4 hommes qui ont refusé de parler à des femmes membres d’équipage

Un avion de la compagnie El Al à l'aéroport international Ben Gurion le 17 août 2016. (Tomer Neuberg/Flash90)
Un avion de la compagnie El Al à l'aéroport international Ben Gurion le 17 août 2016. (Tomer Neuberg/Flash90)

Un vol d’El Al entre New York et Israël a été retardé cette semaine pendant plus d’une heure à cause du refus de quatre hommes ultra-orthodoxes de s’asseoir à côté de femmes.

Khen Rotem, qui était à bord, a déclaré que les passagers prenaient leurs sièges dans l’avion à l’aéroport international John F. Kennedy quand quatre hommes ultra-orthodoxes sont montés à bord et ont refusé de s’asseoir.

L’un d’eux, a-t-il dit, était « particulièrement pieux et ascétique », étant monté dans l’avion en fermant ses yeux et les conservant fermés pour toute la durée du vol dans un effort d’éviter de regarder toute femme à bord.

« L’équipage essaie de résoudre le problème. Cela ne fonctionne pas. Les membres d’équipage femmes laissent la place aux hommes… Les ultra-orthodoxes ne sont pas prêts à parler, ou même à regarder les femmes membres d’équipage », a écrit Rotem dans un message Facebook vendredi.

« Tous les membres de l’équipage, à part le capitaine, doivent maintenant régler ce problème au lieu de se préparer aux décollage et de servir les passagers. Les ultra-orthodoxes ne cèdent pas. L’un des membres de l’équipage menace : ‘Si vous ne vous asseyez pas, vous pouvez descendre de l’avion tout de suite’ », a ajouté Rotem.

Malgré la menace, l’équipage finit par céder après une discussion prolongée « en commençant le long processus diplomatique de déplacer les passagers féminins de leurs places ».

Au final, « après beaucoup de cris et de manœuvres », une vieille femme américaine et une jeune femme israélienne acceptent de changer de sièges, permettant à l’avion de se préparer au décollage.

Rotem a ensuité noté que d’autres hommes à bord portant de kippas ont exprimé de la « surprise et de la révulsion » sur la conduite des quatre homems ultra-orthodoxes.

« En fin de compte, pendant que l’avion d’El Al s’occupait des problèmes de théologie et de croyance personnelle contre les droits individuels et civils, 12 avions d’autres compagnies aériennes sont passés devant l’avion [d’El Al] », a-t-il écrit, affirmant que le retard a duré 75 minutes.

Rotem a appellé El Al à préciser si la compagnie aérienne avait une politique officielle sur la question.

« N’importe quel voyageur peut-il exiger – et obtenir – de déplacer des passagers de leurs places pour son bien-être personnel et le respect de ses croyances. Ou est-ce un privilège réservé uniquement à une certaine partie des voyageurs », a-t-il écrit.

El Al, le transporteur national d’Israël, s’est ensuite excusé pour toute « gêne » qui a été causée.

« Toute forme de discrimination contre des passagers est absolument interdite. Les membres d’équipage d’El Al font tout ce qu’ils peuvent pour fournir un service à une grande variété de passagers avec des demandes différentes et variées et d’essayer de les aider de la meilleure façon possible », a cité la compagnie aérienne par Hadashot TV.

« Tout cela pour décoller à l’heure et transporter les passagers à destination selon le programme », a-t-on ajouté.

El Al est connu pour demander régulièrement à des passagers de changer de sièges à la demande – et parfois l’exigence – d’hommes ultra-orthodoxes qui refusent de s’asseoir à côté de femmes.

L’année dernière, le Tribunal de Jérusalem a statué qu’El Al ne peut pas forcer des femmes à changer de sièges à la demande d’hommes ultra-orthodoxes. Le tribunal s’est rangé à l’avis du Centre d’Action Religion Israël, qui a engagé la poursuite, pour statuer que la pratique est illégale et discriminatoire.

JTA a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...