Une Démocrate accusée de haine contre Israël et l’Amérique, dans une publicité
Rechercher

Une Démocrate accusée de haine contre Israël et l’Amérique, dans une publicité

Leslie Cockburn, mère de l'actrice Olivia Wilde, a écrit en 1991 un livre très critique à l'égard de l'alliance israélo-américaine

L'actrice Olivia Wilde et ses parents, le producteur Andrew Cockburn et la réalisatrice Leslie Cockburn, arrivent à la première d'American Casino pendant le Tribeca Film Festival à New York, dimanche 26 avril 2009. (AP Photo/Charles Sykes)
L'actrice Olivia Wilde et ses parents, le producteur Andrew Cockburn et la réalisatrice Leslie Cockburn, arrivent à la première d'American Casino pendant le Tribeca Film Festival à New York, dimanche 26 avril 2009. (AP Photo/Charles Sykes)

Dans une publicité, le Parti républicain de Virginie a accusé Leslie Cockburn, candidate démocrate à la Chambre des représentants, de haïr Israël et l’Amérique.

« Leslie Cockburn déteste les anciens combattants, déteste l’ICE [la police de l’immigration – U.S. Immigration and Customs Enforcement], déteste Israël », peut-on lire dans la publicité publiée la semaine dernière sur les pages Facebook et Twitter du parti républicain de Virginie. « En gros, Leslie Cockburn déteste l’Amérique ».

Cockburn est l’ancienne productrice de l’émission télévisée américaine « 60 Minutes ». Elle se présente actuellement dans le 5e district du Congrès de Virginie contre le Républicain Denver Riggleman, un ancien officier des renseignements de l’armée de l’air qui est aussi propriétaire d’une distillerie. Ils briguent tous les deux le siège laissé vacant par Thomas Garrett, un Républicain, qui a annoncé qu’il ne se représenterait pas après avoir révélé qu’il luttait contre son addiction à l’alcool.

Cockburn est la mère de l’actrice Olivia Wilde.

Ce district rural comprend la ville de Charlottesville, là où une manifestation de nationalistes blancs a eu lieu il y a un an. Le district est susceptible de pencher côté républicain, selon les derniers rapports.

John Findlay, directeur exécutif du Parti républicain de l’état a justifié cette publicité dans le The Washington Post.

« Elle a comparé les agents de l’ICE à la Gestapo. Elle a insulté nos anciens combattants. Elle accuse la politique étrangère américaine de tout ce qui ne va pas dans le monde », a-t-il dit. « Que nous faut-il de plus – une vidéo d’elle disant qu’elle déteste la tarte aux pommes ? »

Cockburn et son mari, Andrew Cockburn, ont co-écrit un livre publié en 1991 intitulé « Dangerous Liaison », un texte très critique à l’égard de l’alliance entre Israël et les États-Unis.

La Coalition juive républicaine a également lancé cette semaine une campagne publicitaire de 300 000 dollars à la télévision et sur les réseaux sociaux. Dans ces clips, il est rappelé que Cockburn a dîné avec les fils de Saddam Hussein, Uday et Qusay, et a pris le thé avec l’ex dictateur libyen Mouammar Kadhafi, alors qu’il était journaliste pour Vanity Fair il y a plus de vingt ans. Il y est aussi dit que le livre co-écrit avec son mari est de l’ « Israel-bashing » (critique virulente d’Israël) selon le New York Times. Selon la publicité, Cockburn est une femme « déconnectée » et « déjantée ».

Après la parution de la publicité du Parti républicain de Virginie, Cockburn a publié un communiqué dans lequel elle affirme son soutien aux anciens combattants.

« J’attends avec impatience les dernières semaines de la saison électorale et je m’engage à concentrer ma campagne sur les questions qui comptent pour le 5e district de Virginie », conclut le communiqué.

En mai, Mme Cockburn a rencontré 40 dirigeants de la communauté juive pour discuter des accusations portées contre elle et de son livre. La réunion a contribué à « apaiser les inquiétudes des membres de la communauté au sujet des convictions de Cockburn », a rapporté The Daily Progress de Charlottesville.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...