Une députée polonaise publie un dessin comparant l’industrie bovine à la Shoah
Rechercher

Une députée polonaise publie un dessin comparant l’industrie bovine à la Shoah

Face aux nombreuses critiques, Silwya Spurek a cité "le prix Nobel juif" Isaac Bashevis Singer : "Dans leur comportement envers les créatures, tous les hommes étaient des nazis"

Un dessin représentant des vaches vêtues d'uniformes typiques des camps de concentration ornés d'une étoile jaune. (Sylwia Spurek/Jo Frederiks/via JTA)
Un dessin représentant des vaches vêtues d'uniformes typiques des camps de concentration ornés d'une étoile jaune. (Sylwia Spurek/Jo Frederiks/via JTA)

Une députée polonaise siégeant au Parlement européen a partagé mercredi sur les réseaux sociaux un dessin montrant des vaches marcher vers l’abattoir, portant des uniformes rayés ornés d’une étoile jaune comme ceux que les nazis imposaient aux Juifs dans les camps de concentration.

Sylwia Spurek, 43 ans, représentante de l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates, a partagé le dessin de Jo Frederiks, un artiste engagé dans la défense du bien-être animal.

En réaction aux critiques sur son geste à la veille de la Journée internationale de commémoration de la Shoah, l’eurodéputée s’est défendue en citant « le lauréat juif du prix Nobel Isaac Bashevis Singer », comme elle le décrit, qui a écrit un jour : « Dans leur comportement envers les créatures, tous les hommes étaient des nazis. »

Elle a ajouté à propos du dessin : « Cet art me ravit-il ? Non, il m’effraie par la façon dont les gens traitent les autres animaux, et je pense que toute personne intelligente devrait comprendre le message de cet artiste ».

Les détracteurs de Sylwia Spurek accusent la comparaison qu’elle soutient d’être offensante pour les victimes de la Shoah. Les personnes impliquées dans la commémoration du génocide et les militants pour le bien-être des animaux se sont souvent affrontés sur le fait de faire des parallèles entre le génocide et l’industrie de la viande.

From the Depths, un groupe de commémoration de la Shoah en Pologne, a écrit aujourd’hui au président du Parlement européen David Sassoli pour dénoncer la parlementaire.

Son fondateur, Jonny Daniels, a qualifié le dessin de « publication haineuse » et demandé à David Sassoli de prendre des « mesures disciplinaires » à l’encontre de Sylwia Spurek et de l’exhorter à présenter des excuses aux survivants et à leurs familles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...