Une des victimes de l’attentat à la voiture-bélier déplore que Rivlin ne l’ait pas appelée
Rechercher

Une des victimes de l’attentat à la voiture-bélier déplore que Rivlin ne l’ait pas appelée

"Personne du bureau du président Reuven Rivlin ne m'a appelé pour savoir si j'étais seulement encore en vie", a déploré David Ramati

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Depuis son lit d'hôpital, David Ramati se souvient avoir été renversé par une voiture bélier lors d'un attentat terroriste aux abords de l'implantation d'Efrat en Cisjordanie, le 17 novembre 2017 (Capture d'écran : YouTube)
Depuis son lit d'hôpital, David Ramati se souvient avoir été renversé par une voiture bélier lors d'un attentat terroriste aux abords de l'implantation d'Efrat en Cisjordanie, le 17 novembre 2017 (Capture d'écran : YouTube)

Un citoyen américano-israélien blessé lors d’un attentat à la voiture-bélier survenu vendredi en Cisjordanie a déploré ne pas avoir reçu d’appel de la part d’un responsable israélien concernant son état de santé, un représentant américain l’ayant par ailleurs contacté par téléphone « au nom du président Donald Trump ».

David Ramati a indiqué au Times of Israël qu’il a reçu un appel du vice-consul général américain de Jérusalem, Mike Hankey, pour lui souhaiter un prompt rétablissement, « mais personne du bureau du président Reuven Rivlin ne m’a appelé pour savoir si j’étais seulement encore en vie ».

Le septuagénaire a quitté le centre médical Shaare Zedek de Jérusalem dimanche, deux jours après avoir été blessé à la tête et avoir eu deux vertèbres cassées lorsqu’un terroriste palestinien a projeté son véhicule contre lui au carrefour du sud d’Efrat.

Ramati a également déclaré que Hankey l’avait remercié pour son service dans le corps des Marines américain.

« C’est triste que des responsables américains se soient manifestés alors que le gouvernement ici, à Jérusalem, n’a rien fait », a-t-il dit.

Un porte-parole du bureau de Rivlin a déclaré que le président était tout juste revenu de Los Angeles alors que le Shabbat commençait et qu’il avait l’intention d’entrer bientôt en contact avec Ramati.

Les forces de sécurité israéliennes ont mené une opération samedi contre l’habitation d’un terroriste palestinien âgé de 17 ans qui avait mené un attentat à la voiture-bélier dans le centre de la Cisjordanie vingt-quatre heures auparavant, a fait savoir la chaîne Hadashot (ancienne Deuxième chaîne).

Les forces ont effectué des recherches dans la maison du terroriste qui a projeté son véhicule contre deux personnes à Gush Etzion, au sud de Jérusalem, blessant gravement l’une d’entre elles. L’agresseur a été blessé par balles lorsqu’il est sorti de la voiture et qu’il a tenté, un couteau à la main, de poignarder des soldats.

Des émeutes ont été rapportées durant l’opération menée dans le village de Halhul, alors que les habitants ont jeté des pierres aux militaires. Ces derniers ont riposté en utilisant des moyens non-létaux. Aucun blessé n’est à signaler parmi les forces israéliennes.

Vendredi, l’armée a établi des barrages routiers autour de la ville de Cisjordanie. Les militaires ont également annoncé que la famille du terroriste avait également été placée en détention et qu’elle serait interrogée.

Even Ezer Holaring, 35 ans, a été grièvement blessé dans un attentat à la voiture-bélier le 17 novembre 2017 (Autorisation)

Juste après 6 heures 30 du matin, l’agresseur palestinien de 17 ans avait projeté sa voiture contre sa première victime, un septuagénaire, David Ramati, qui avait été légèrement blessé à la tête, au carrefour du sud d’Efrat. Ramati avait indiqué avoir sur lui une arme à feu et avoir essayé de tirer sur le conducteur de 17 ans, mais qu’il avait été renversé par la voiture avant même d’y parvenir.

Le terroriste avait ensuite descendu la rue vers le carrefour voisin de Gush Etzion où il avait renversé et grièvement blessé Even Ezer Holaring, 35 ans.

L’armée a indiqué qu’à ce moment-là, le conducteur était sorti de sa voiture et qu’il avait essayé de poignarder les soldats qui se tenaient là. « Les soldats ont répondu en ouvrant le feu sur l’agresseur », et l’ont blessé », a-t-elle dit.

Depuis son lit d’hôpital, David Ramati se rappelle avoir été pris pour cible par une voiture dans un attentat terroriste commis aux abords de l’implantation d’Efrat le 17 novembre 2017 (Capture d’écran : Hôpital Shaare Zedek)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...