Une élue française dénonce l’existence d’une niche fiscale pour des dons versés à Tsahal
Rechercher

Une élue française dénonce l’existence d’une niche fiscale pour des dons versés à Tsahal

Une réglementation permet de défiscaliser les dons et donne le droit à 60 % de réduction d'impôts

La sénatrice Nathalie Goulet. (Crédit : Facebook/Nathalie Goulet)
La sénatrice Nathalie Goulet. (Crédit : Facebook/Nathalie Goulet)

Nathalie Goulet, sénatrice UDI, a adressé une question écrite au secrétaire d’Etat chargé du Budget, Christian Eckert, début mars concernant la possibilité d’exonération d’impôt à hauteur de 60 % sur les dons adressés à l’armée israélienne.

Dans cette questions écrite, Nathalie Goulet explique que la règlementation actuelle permet aux contribuables français de « défiscaliser leurs dons et leur donne le droit à 60 % de réduction d’impôts, dans la limite de 20 % du revenu imposable. »

Selon les propos de la sénatrice « il s’agit donc d’une niche fiscale payée par le contribuable français au profit d’une armée étrangère » et demande « l’explication de cette disposition exorbitante du droit commun. »

A la suite de cette lettre écrite, la sénatrice a fait l’objet de violents commentaires sur les réseaux sociaux et a été victime de diverses menaces qui ont été prises au sérieux par le gouvernement, rapporte RTL.

Ainsi, la sénatrice a tenté de justifier sa position en expliquant que les citoyens sont libres de faire ce qu’ils souhaitent avec leur argent, mais selon cette dernière dans ce cas précis, ces donations se font « au détriment du contribuable français ».

La question n’a pas encore reçu de réponse de la part du gouvernement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...