Rechercher

Une mosquée prise pour cible en France: 2 blessés, le tireur présumé interpellé

L'homme avait été candidat du parti d'extrême droite Front national en 2015 aux élections départementales

Des personnes entrent dans la mosquée de Bayonne, dans le sud-ouest de la France, le 5 mars 2015. (Crédit : Iroz Gaizka / AFP / File)
Des personnes entrent dans la mosquée de Bayonne, dans le sud-ouest de la France, le 5 mars 2015. (Crédit : Iroz Gaizka / AFP / File)

Un octogénaire, ancien candidat de l’extrême droite, a jeté lundi un engin incendiaire sur la mosquée de Bayonne, dans le sud-ouest de la France, avant de tirer et blesser grièvement deux septuagénaires qui l’avaient surpris, puis d’être interpellé à son domicile.

« A 15h20 (14h20 GMT), un homme a tenté d’incendier la porte de la mosquée de Bayonne. Surpris dans sa tentative par deux personnes, l’homme leur a tiré dessus », a indiqué un communiqué de la préfecture.

Deux hommes, grièvement blessés par balles et âgés de 74 et 78 ans, ont été évacués vers le centre hospitalier de Bayonne, a précisé la préfecture.

De source policière, le tireur présumé est un homme de 84 ans, Claude Sinké, qui a reconnu en garde à vue être l’auteur des tirs.

L’homme avait été candidat du parti d’extrême droite Front national (FN, devenu Rassemblement national, RN) en 2015 aux élections départementales, selon les listes officielles.

La cheffe du Rassemblement national, Marine Le Pen, a jugé que cet « attentat » était « inqualifiable » et « absolument contraire » aux valeurs de son parti.

Une équipe de déminage s’est rendue au domicile du tireur, à 16 km de Bayonne. Selon la préfecture, l’homme est détenteur de trois armes qu’il avait déclarées.

Le maire de Bayonne, Jean-René Etchegaray, qui s’est rendu immédiatement sur place, a raconté à un correspondant de l’AFP que « vers 15h15 (14h15 GMT), deux personnes préparaient la salle pour la prière de 16h30. Un homme s’approche du bâtiment en voiture, il jette un engin incendiaire sur la porte latérale de la mosquée ».

« Les deux personnes sortent, il leur tire deux coups de fusil, l’un est touché au cou, l’autre au thorax et au bras. Il a pris alors la fuite », a poursuivi le maire, et, « grâce à un numéro d’immatriculation, il a été arrêté ».

« Il n’y a jamais eu le moindre problème avec la communauté musulmane à Bayonne. Il y a une seule mosquée qui est très bien gérée », a affirmé le maire, en assurant que « la mosquée ne sera pas fermée plus de 48 heures ». Une salle municipale a été mise à disposition, a-t-il ajouté.

Christophe Castaner, le 24 mai 2017. (Crédit : Stéphane de Sakutin/AFP)

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a assuré sur Twitter « solidarité et soutien » aux musulmans, jugeant que « les faits commis à la mosquée de Bayonne émeuvent et indignent chacun d’entre nous ».

Cette attaque intervient en plein retour du débat sur le voile islamique, qui crispe le pays depuis des jours et fait craindre une stigmatisation de la communauté musulmane.

Ce même jour, le président français Emmanuel Macron, qui recevait à l’Elysée les responsables du Conseil français du culte musulman (CFCM), les a appelés à lutter contre une « ambiguïté » qui contribuerait à nourrir l’amalgame entre islam et terrorisme, selon les déclarations à l’AFP du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

Selon lui, M. Macron leur a dit plus généralement « attendre du CFCM un changement de rythme pour qu’il combatte, aux côtés de l’Etat, le communautarisme et l’islamisme ».

Abdallah Zekri, président du CFCM, a de son côté « condamné » auprès de l’AFP cet « acte criminel ». « Avec le climat actuel de stigmatisation de l’islam et des musulmans, il ne faut pas s’étonner que de tels actes puissent arriver. Nous souhaitons un bon rétablissement aux blessés et nous demandons à tous les responsables du culte en cette période d’être très, très, vigilants », a-t-il poursuivi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...