Une nouvelle grotte retrouvée près de Qumran mais les manuscrits ont disparu
Rechercher

Une nouvelle grotte retrouvée près de Qumran mais les manuscrits ont disparu

Des pots vides et des morceaux de parchemins ont été déterrés lors des fouilles menées par l’université hébraïque et l’IAA

Ilan Ben Zion est journaliste au Times of Israel. Il est titulaire d'une maîtrise en diplomatie de l'Université de Tel Aviv et d'une licence de l'Université de Toronto en études du Proche-Orient et en études juives

L'archéologue Ahiad Ovadia en train de creuser dans la grotte 12 près de Qumran (Crédit : Casey L. Olson et Oren Gutfeld, Université hébraïque)
L'archéologue Ahiad Ovadia en train de creuser dans la grotte 12 près de Qumran (Crédit : Casey L. Olson et Oren Gutfeld, Université hébraïque)

Plus de 60 ans après les premières fouilles à Qumran, des chercheurs de l’université hébraïque ont déclaré mercredi qu’ils avaient identifié une douzième grotte près de Qumran, qui croient-ils, aurait pu contenir des manuscrits de la mer Morte jusqu’à ce que la grotte ne soit pillée au milieu du 20e siècle.

Cette fouille a été menée par l’université hébraïque et l’Autorité israélienne des antiquités (IAA) sous les auspices de l’Administration civile de Tsahal.

Cette fouille n’a pas permis de découvrir de nouveaux rouleaux, mais les archéologues ont trouvé un petit morceau de parchemin dans un pot et au moins sept bocaux de rangement identiques à ceux trouvés dans les autres grottes de Qumran.

Au final, « il n’y a aucun doute que nous avons une nouvelle grotte des parchemins », a déclaré Oren Gutfeld, l’archéologue en chef de la fouille, au Times of Israel.

« Seuls les rouleaux en eux-mêmes ne sont pas là ».

Les restes d'un rouleau trouvé dans une grotte près de Qumran après avoir été retiré du bocal (Crédit : Casey L. Olson et Oren Gutfeld, Université hébraïque)
Les restes d’un rouleau trouvé dans une grotte près de Qumran après avoir été retiré du bocal (Crédit : Casey L. Olson et Oren Gutfeld, Université hébraïque)

Le morceau de parchemin et d’autres restes organiques ont été datés et ils proviendraient du premier siècle notre ère, quand la communauté vivant à Qumran était active pendant le crépuscule de la période du deuxième Temple.

Des pioches datant des années 1940, un fusil fumant appartenant aux pillards bédouins qui ont mené des fouilles dans la grotte, ont été trouvés avec les restes antiques.

La fouille dans les falaises à l’ouest de Qumran, situé au-dessus de la Ligne Verte en Cisjordanie, était dirigée par Oren Gutfeld et Ahiad Ovadia de l’université Hébraïque avec la collaboration de Randall Price et des étudiants de l’université de Virginie.

Des fragments de pots brisés qui auraient pu contenir des rouleaux de la mer Morte volés, retrouvés dans la grotte 12 près de Qumran (Crédit : Casey L. Olson et Oren Gutfeld, Université hébraïque)
Des fragments de pots brisés qui auraient pu contenir des rouleaux de la mer Morte volés, retrouvés dans la grotte 12 près de Qumran (Crédit : Casey L. Olson et Oren Gutfeld, Université hébraïque)

« Nous n’avons jamais été aussi proche de découvrir de nouveaux manuscrits de la mer Morte en 60 ans », a déclaré Gutfeld. « Jusqu’à présent, la théorie acceptée de tous était que les manuscrits de la mer Morte ont été trouvés seulement dans 11 grottes à Qumran, mais maintenant il ne fait aucun doute qu’il y a une douzième grotte ».

Dans le même temps, Gutfeld a déclaré que l’association de la grotte avec les manuscrits de la mer Morte signifie que « nous ne pouvons plus être certains que les lieux originaux (les grottes 1 à 11), qui étaient associés aux manuscrits de la mer Morte, qui sont arrivés sur le marché, par les Bédouins sont précis ».

Le premier lot de vieux rouleaux, pillés des grottes près des rives de la mer Morte, a été acheté par des experts israéliens sur le marché noir en 1947.

Des textes supplémentaires ont fait surface dans les années suivantes lors de fouilles dans la Cisjordanie, qui a l’époque était administrée par la Jordanie, et sur le marché noir. Après qu’Israël a pris la Cisjordanie en 1967, un grand nombre des rouleaux conservés au Musée Rockefeller à Jérusalem-Est ont été transférés au Musée d’Israël.

Le Président américain Barack Obama et le Premier ministre Benjamin Netanyahu examinent les ROuleaux de la mer Morte, pendant la visite d'Obama en mars (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO/Flash90)
Le Président américain Barack Obama et le Premier ministre Benjamin Netanyahu examinent les ROuleaux de la mer Morte, pendant la visite d’Obama en mars (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO/Flash90)

Au total, les près de 1 000 textes juifs datant de la période du Second Temple comprennent un vaste recueil de documents historiques et religieux qui incluent les plus anciennes copies connues des textes bibliques.

Environ un quart des manuscrits sont composés de matériel appartenant à la Bible hébraïque, tandis qu’un autre quart détaille la philosophie unique de la communauté de Qumran.

Fragments of the Dead Sea Scrolls, which include the oldest known surviving biblical manuscripts dated between 150 BCE and 70 CE, on display at the Israel Museum in Jerusalem (photo credit: Miriam Alster/Flash90)
Des fragments des Rouleaux de la mer Morte, qui comprennent les plus anciens manuscrits bibliques connus datés entre 150 avant notre ère et 70 de notre ère, exposés au Musée d’Israël à Jérusalem (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Les divers rouleaux de parchemins et les fragments de rouleaux sont identifiés par la grotte dans laquelle ils étaient censés être stockés au cours des siècles. La découverte de la nouvelle grotte bouscule un peu les choses.

« Comment pouvons-nous savoir avec certitude qu’ils viennent tous des 11 grottes ? Pour sûr il y avait 12 grottes, et peut-être plus », a déclaré Gutfeld.

Parmi les autres découvertes trouvées dans la grotte, désignée sous le nom de Q12 pour désigner son incorporation dans le complexe des grottes de Qumran, figuraient une sangle de cuir pour attacher les rouleaux et un tissu pour les envelopper, a indiqué l’université dans un communiqué annonçant la découverte.

D’autres découvertes comprenaient des lames de silex, des pointes de flèches et un sceau en cornaline, qui indiquent que la grotte a été habitée dès le Chalcolithique et le Néolithique.

Un sceau de timbre en cornaline trouvé dans une grotte près de Qumran en 2017 (Crédit : Casey L. Olson et Oren Gutfeld, Université hébraïque)
Un sceau de timbre en cornaline trouvé dans une grotte près de Qumran en 2017 (Crédit : Casey L. Olson et Oren Gutfeld, Université hébraïque)

Les experts des laboratoires de la mer Morte de Jérusalem n’ont trouvé aucune écriture sur les fragments de parchemin trouvés dans le pot, mais ils envisagent de réaliser une imagerie multispectrale de l’artefact pour tenter de révéler toute encre invisible à l’œil nu.

L’étude Q12 a été réalisée dans le cadre des efforts de l’IAA qui mène des fouilles systématiques des grottes dans le désert de Judée qui peuvent contenir des rouleaux anciens dans le but de déjouer le vol des antiquités. L’expédition à Qumran fut la première du genre dans le nord du désert de Judée.

L’IAA a annoncé en novembre qu’elle lançait un projet massif pour trouver des manuscrits de la mer Morte encore inconnus dans le désert. L’été dernier une équipe de l’IAA a mené des fouilles dans la grotte des Crânes dans la vallée de Zeelim après que l’institut de veille des antiquités a surpris des voleurs en flagrant délit.

Gutfeld a déclaré que lui et son équipe n’ont « absolument » pas le projet de fouiller plus de grottes dans la région de Qumran dans les prochains mois pour déterminer où il faudrait creuser.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...