Une terroriste palestinienne condamnée sera présente à la conférence de Jewish Voice for Peace
Rechercher
Edward Joffe et Leon Kanner - es deux jeunes Juifs n’ont plus de voix parce qu’ils sont morts dans un attentat commis par Rasmea Odeh

Une terroriste palestinienne condamnée sera présente à la conférence de Jewish Voice for Peace

L’association a refusé la demande de StandWithUs d’organiser une commémoration pour les victimes de l’attentat de 1969, perpétré par Rasmea Odeh

Rasmea Odeh, à droite, terroriste palestinienne condamnée en Israël, a été jugée coupable d'avoir menti à l'immigration américaine quand elle a demandé la nationalité en 2004. (Crédit : capture d'écran YouTube/Middle East Eye)
Rasmea Odeh, à droite, terroriste palestinienne condamnée en Israël, a été jugée coupable d'avoir menti à l'immigration américaine quand elle a demandé la nationalité en 2004. (Crédit : capture d'écran YouTube/Middle East Eye)

JTA – Un groupe de défense d’Israël a critiqué une association pro-BDS qui a refusé sa demande d’organiser un évènement de commémoration des victimes israéliennes du terrorisme pendant sa conférence, où est invitée une terroriste condamnée.

Jewish Voice for Peace (JVP), qui organise la conférence, a cependant déclaré avoir déjà prévu un évènement de commémoration général.

Le groupe de défense d’Israël StandWithUs a demandé l’organisation d’un service mémoriel multi-confessionnel pour les victimes d’un attentat mortel de 1969 à Jérusalem pendant la conférence biannuelle de JVP. Rasmea Odeh, une Palestinienne jugée coupable de cet attentat qui a tué deux personnes, a été invitée à s’exprimer au colloque, qui aura lieu du 30 mars au 2 avril à Chicago.

JVP, qui soutient le mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions contre Israël, a confirmé à JTA que l’hôtel Hyatt McCormick de Chicago, où est organisée la conférence, avait transmis la demande, mais a indiqué que l’association avait décidé de ne pas autoriser cette cérémonie, soulignant qu’elle organisait son propre évènement mémoriel.

Linda Sarsour sur la scène de la Marche des Femmes de Washington, D.C., le 21 janvier 2017. (Crédit : Theo Wargo/Getty Images)
Linda Sarsour sur la scène de la Marche des Femmes de Washington, D.C., le 21 janvier 2017. (Crédit : Theo Wargo/Getty Images)

Le débat intervient dans un contexte de critiques d’une partie du monde juif contre les opinions anti-israéliennes d’Odeh et de Linda Sarsour, deux militantes pro-palestiniennes qui ont récemment été sur le devant de la scène de différents évènements féministes, et qui parleront ensemble pendant la session plénière de la conférence de JVP.

La rabbin Alissa Wise, qui est la directrice adjointe de JVP, a déclaré que l’association avait le droit de décider du programme de sa conférence.

« C’est un rassemblement national des membres de Jewish Voice for Peace. StandWithUs n’est pas membre de Jewish Voice for Peace, et c’est notre rassemblement, et nous avons conçu le cercle mémoriel et le programme qui répond à nos besoins, a déclaré Wise à JTA jeudi. Ils ont le droit de demander, et nous avons le droit de placer nos propres limites. »

Le « cercle mémoriel » multi-confessionnel organisé par JVP ne se concentrera sur aucun évènement en particulier, a déclaré Wise.

« C’est vraiment un espace que nous organisons avec de la musique et de la poésie pour que les gens puissent faire une pause et se connecter à leurs sentiments, à leur douleur et à leur deuil pour la perte d’une vie qui a eu lieu ces derniers jours ou ces dernières décennies », a déclaré Wise.

StandWithUs a déclaré qu’il « appréhendait » l’évènement de commémoration de JVP.

« Nous appréhendons un service mémoriel auquel participera une terroriste condamnée et impénitente, et un service que refuse même de reconnaitre les victimes d’Odeh. Nous sommes scandalisés par une organisation qui a empêché un service mémoriel pour elles », a déclaré mardi dans un communiqué à JTA Peggy Shapiro, directrice Midwest de StandWithUs.

L’hôtel Hyatt McCormick de Chicago n’a pas répondu à une demande de commentaire de JTA.

Lundi, Shapiro a déclaré que la décision de JVP était « honteuse », et a fustigé l’association pour son invitation d’Odeh.

« Non seulement JVP honore une terroriste condamnée à sa conférence, mais ils ont refusé une demande d’organiser un service mémoriel pour ses victimes, Edward Joffe et Leon Kanner. Ces deux jeunes Juifs n’ont plus de voix parce qu’ils sont morts dans un attentat commis par Rasmea Odeh, et il semble que JVP veuille les réduire encore plus au silence en refusant de nous autoriser à organiser ce service en leur mémoire, a déclaré Shapiro dans un communiqué. Il n’y a rien de juif ou de pacifique sur cette décision honteuse. »

Odeh a avoué avoir installé la bombe de l’attentat de 1969 qui a tué Joffe et Kanner et a blessé neuf autres personnes, mais a récemment affirmé qu’elle avait avoué sous la torture, ce qui est réfuté par les responsables israéliens.

Elle a été condamnée par un tribunal militaire israélien à la prison à perpétuité en 1970 pour deux attentats suicides revendiqués par le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP). Elle a passé dix ans en prison en Israël avant d’être libéré dans le cadre d’un échange de prisonniers avec le FPLP en 1980.

Jewish Voice for Peace a déclaré ce mois-ci qu’elle était « fière » d’accueillir Odeh, et a remis en cause la validité de sa condamnation par Israël.

« Les accusations contre Odeh découlent d’un contexte de persécutions anti-palestiniennes et anti-musulmanes par l’Etat israélien et par les Etats-Unis, des politiques qui s’intensifient sous l’administration Trump », a déclaré JVP dans un communiqué publié le 7 mars dernier.

Odeh était l’une des dirigeantes du mouvement féministe de la Grève des Femmes. Sarsour, qui a organisé la Marche des Femmes en janvier à Washington et a participé à la Grève des Femmes a déclaré récemment que ceux qui ne critiquent pas Israël n’avaient pas leur place dans le mouvement féministe.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...