Une vague de chaleur « lourde à extrême » s’installe en Israël à partir de jeudi
Rechercher

Une vague de chaleur « lourde à extrême » s’installe en Israël à partir de jeudi

Les températures dans tout le pays ne devraient baisser que la semaine prochaine

Photo d'illustration - des enfants apprennent à surfer sur une plage de Tel Aviv, le 30 juillet 2021. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)
Photo d'illustration - des enfants apprennent à surfer sur une plage de Tel Aviv, le 30 juillet 2021. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

« Une chaleur lourde à extrême » prévaudra dans la plupart des régions, selon les prévisions du service météorologique israélien, et il fera plus sec que d’habitude, notamment dans les montagnes et à l’intérieur des terres.

Les températures à Jérusalem devraient atteindre des sommets de 32° Celsius jeudi et samedi, tandis que les prévisions pour Tel Aviv étaient de 31° Celsius et que Haïfa devrait connaître des sommets de 28° Celsius.

Eilat sera brûlante avec des sommets de 41°C au cours de la semaine prochaine, tandis que la ville de Beer Sheva, dans le sud du pays, atteindra des sommets de 35°C et Tibériade sera en tête de liste avec un sommet de 44°C vendredi, selon le service météorologique. Les zones autour de la mer Morte devraient également être étouffantes, avec des températures de 37-40°C à Ein Gedi.

Les températures à travers le pays devraient baisser légèrement à partir de la semaine prochaine, mais on ne sait toujours pas quand la canicule prendra fin.

Au début du mois, Israël a connu une vague de chaleur grave et prolongée dans tout le pays, avec des températures dépassant 35°C dans de nombreuses régions et atteignant 39°C à Beer Sheva et Tibériade, et 43°C à Eilat.

Au plus fort de la vague de chaleur, le ministère de la Santé a exhorté les Israéliens, en particulier les personnes âgées et celles souffrant de maladies chroniques, à éviter une exposition excessive au soleil et à boire de grandes quantités d’eau. Son avis sanitaire notait également que les masques de protection contre le COVID-19 n’étaient pas nécessaires à l’extérieur.

Les Israéliens sur une plage de Tel Aviv, le 29 juin 2021. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

Cette vague de chaleur, caractérisée « par une faible humidité pendant la journée dans les basses terres et la partie intérieure de la plaine côtière pendant environ 6 à 7 jours consécutifs, est un événement sans précédent pour la saison estivale », a déclaré le service météorologique.

La semaine dernière, les pompiers ont lutté contre un gigantesque incendie de forêt près de Jérusalem pendant 52 heures, en grande partie à cause des conditions météorologiques.

Une forêt à l’extérieur de Jérusalem fume alors qu’un feu de forêt se propage vers la périphérie sud de la ville, le 16 août 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Israël, comme une grande partie du monde, a connu plus de jours avec des températures plus élevées et les canicules deviennent la norme.

Juillet 2021 a été le mois le plus chaud jamais enregistré dans le monde, selon un rapport de l’Administration nationale américaine des océans et de l’atmosphère (NOAA), dans les dernières données qui soulignent la crise climatique croissante.

Au début du mois d’août, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a publié un rapport historique des Nations unies sur les sciences du climat qui constitue un « code rouge pour l’humanité », indiquant que le monde est sur le point d’atteindre un réchauffement de 1,5 °C vers 2030.

Ce rapport de plus de 3 000 pages, rédigé par 234 scientifiques, indique que le réchauffement accélère déjà l’élévation du niveau des mers, la fonte des glaces et l’aggravation des phénomènes extrêmes tels que les vagues de chaleur, les sécheresses, les inondations et les tempêtes. Les cyclones tropicaux deviennent plus forts et plus humides, tandis que la glace de mer arctique diminue en été et que le permafrost dégèle. Toutes ces tendances vont s’aggraver, selon le rapport.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...