Une ville hollandaise honore un rappeur ayant minimisé l’ampleur de la Shoah
Rechercher

Une ville hollandaise honore un rappeur ayant minimisé l’ampleur de la Shoah

La mairie de Haarlem a décerné à Darryl Danchelo Osenga, connu sous son nom de scène Insayno, le titre de poète de la ville, ce qui suscite des protestations passionnées

Insayno dans un clip tourné à Amsterdam en 2013. (Capture écran/YouTube via JTA)
Insayno dans un clip tourné à Amsterdam en 2013. (Capture écran/YouTube via JTA)

AMSTERDAM (JTA) – La ville néerlandaise d’Haarlem a fait d’un rappeur qui, dans une chanson de 2012, a qualifié la Shoah de « couverture pour moutons stupides » et de « plaisanterie » par rapport à l’esclavage, son poète attitré.

Jos Wienen, le maire de Haarlem, une ville d’environ 160 000 habitants capitale de la province néerlandaise de Hollande du Nord, a décerné mercredi le titre de poète de la ville à Darryl Danchelo Osenga, suscitant des protestations passionnées de la part de juifs et de non-juifs néerlandais.

Ce dernier, dont le nom de scène est Insayno, « donnera à l’institution de poète de la ville une nouvelle direction », peut-on lire dans la déclaration de la municipalité. « Ses poèmes débordent d’amour pour la langue et pour la ville de Haarlem ». La ville décerne cet honneur tous les deux ans à un artiste différent.

Dans un communiqué, le Centre d’information et de documentation sur Israël, ou CIDI, a exprimé son « choc » face à cette décision, citant entre autres son morceau de 2012 « Black Page ».

Dans ce morceau, Insayno dit : « Je ne parle que de la guerre. La Shoah n’est qu’une couverture pour moutons stupides. Je vois que vous pensez que ce n’est pas possible : huit millions de Juifs ? Je parle de 18 millions d’esclaves. Le traitement dans les camps de concentration n’est qu’une petite blague en comparaison avec notre commerce d’esclaves. Gazer les gens, c’est aussi triste mais juste pour rire, vous devriez apprendre des choses sur la torture. »

La municipalité de Haarlem a fait savoir qu’en réaction aux protestations, le maire avait discuté avec Insayno de la question et qu’il s’était excusé et avait pris ses distances par rapport au poème. « Il mérite une seconde chance », selon la déclaration de la mairie.

Le CIDI a qualifié la chanson de perpétuation des stéréotypes antisémites et de « marginalisation de la Shoah ».

Il a également écrit dans cette chanson que les Néerlandais sont « endoctrinés comme les Juifs orthodoxes ».

En 2016, Insayno a été condamné pour avoir incité à une émeute dans un commissariat lors de protestations sur la mort d’un homme noir peu après sa détention par la police.

Il n’a pas souhaité commenter la controverse actuelle, rapporte le quotidien Het Parool.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...