Uranium enrichi: le président américain adresse une ferme mise en garde à l’Iran
Rechercher

Uranium enrichi: le président américain adresse une ferme mise en garde à l’Iran

"Attention avec vos menaces, l'Iran. Elles peuvent se retourner contre vous d'une façon jamais vue auparavant!", a tweeté le président américain

Dans cette photo d'archives du 3 février 2007, un technicien iranien travaille à l'installation de conversion d'uranium située à l'extérieur de la ville d'Ispahan à 410 km au sud de Téhéran. (Crédit : AP Photo / Vahid Salemi, Fichier)
Dans cette photo d'archives du 3 février 2007, un technicien iranien travaille à l'installation de conversion d'uranium située à l'extérieur de la ville d'Ispahan à 410 km au sud de Téhéran. (Crédit : AP Photo / Vahid Salemi, Fichier)

Le président américain Donald Trump a averti mercredi que les menaces émises par l’Iran risquaient de se retourner contre la République islamique, après qu’elle a déclaré qu’elle mettrait à exécution dès dimanche sa menace d’enrichir l’uranium à un degré prohibé par l’accord international sur son programme nucléaire.

« Attention avec vos menaces, l’Iran. Elles peuvent se retourner contre vous d’une façon jamais vue auparavant! », a tweeté M. Trump.

L’annonce de Téhéran sur son enrichissement d’uranium, faite en dépit des avertissements de ses ennemis et de ses partenaires, est survenue sur fond de tensions déjà vives avec Washington, faisant craindre un embrasement dans la région stratégique du Golfe.

La mesure a été annoncée en conseil des ministres par le président Hassan Rouhani, qui a répété ses griefs vis-à-vis des Etats-Unis, de l’Europe, de la Chine et de la Russie, qu’il tient pour responsables de l’impasse actuelle autour de cet accord conclu à Vienne en 2015.

Les chefs de la diplomatie de l’Union européenne, de la France, de l’Allemagne et du Royaume-Uni ont de leur côté appelé mardi soir Téhéran à « revenir sur sa décision » de franchir la limite imposée (300 kg) à ses réserves d’uranium faiblement enrichi et « à s’abstenir de prendre de nouvelles mesures qui affaibliraient » l’accord de 2015.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...