Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

Visa US pour Smotrich, contre l’avis de ceux que ses propos sur Huwara ont choqués

Le ministre des Finances prendra la parole à la conférence sur les obligations israéliennes, peu de temps après avoir appelé à « anéantir » la ville palestinienne d’Huwara

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Des Israéliens agitant des drapeaux lors d'une manifestation contre les projets du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu de remanier le système judiciaire, devant la Knesset à Jérusalem, le 13 février 2023 (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP)
Des Israéliens agitant des drapeaux lors d'une manifestation contre les projets du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu de remanier le système judiciaire, devant la Knesset à Jérusalem, le 13 février 2023 (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP)

Ce jeudi, les États-Unis ont accepté de délivrer un visa diplomatique au ministre des Finances, Bezalel Smotrich, une semaine après le tollé déclenché, en Israël et ailleurs, en appelant à « anéantir » la ville palestinienne où deux frères israéliens avaient été tués par un attentat terroriste, a fait savoir un porte-parole du ministre au Times of Israel.

Smotrich doit prendre la parole, dimanche soir, à la conférence annuelle d’Israel Bonds à Washington, chargée de la vente des obligations d’État israéliennes à des investisseurs étrangers.

Il devrait également s’entretenir avec un directeur du Fonds monétaire international.

Selon une source proche du ministre, il se rendra ensuite à New York pour d’autres rendez-vous, mardi et mercredi.

Les mouvements conservateurs et réformateurs aux États-Unis ont refusé de le rencontrer, mais la JTA a indiqué jeudi que les dirigeants de l’Orthodox Union à Washington le recevraient.

Depuis longtemps controversé aux États-Unis, en particulier au sein de la communauté juive, en raison de ses prises de positions contre la communauté LGBTQ, les Arabes, les Palestiniens et les Juifs non orthodoxes, Smotrich a fait l’objet de nombreux appels pour l’interdire d’entrée aux États-Unis, suite à ses récents propos.

Les groupes juifs progressistes J Street, Americans for Peace Now et T’ruah ont demandé à l’administration Biden de ne pas lui accorder de visa et ont fait cause commune avec 70 autres groupes, jeudi, pour s’engager à ne pas accueillir Smotrich lors de son déplacement.

Plus de 130 dirigeants juifs américains, dont certains, affiliés à des groupes plus centristes, ont signé vendredi une autre déclaration assurant que le ministre « ne devait pas pouvoir s’exprimer au sein de notre communauté ».

À l’occasion d’une interview en direct, le 1er mars dernier, le ministre des Finances avait été questionné sur la raison qui l’avait fait « liker » un tweet du maire adjoint du Conseil régional de Samarie, Davidi Ben Zion, publié après l’attentat terroriste, appelant à « anéantir le village de Huwara aujourd’hui même ».

« Parce que je pense que le village de Huwara doit être anéanti. Je pense que l’État d’Israël devrait le faire », avait répondu Smotrich, ajoutant que « Dieu nous préserve » que le travail soit fait par les habitants eux-mêmes.

Les résidents d’implantations extrémistes avaient réagi à l’attentat terroriste en saccageant la ville, située dans les environs de Naplouse, et en incendiant des maisons et des voitures, faisant un mort, tué par balle, et plusieurs blessés côté palestinien.

Smotrich avait ensuite condamné le saccage.

Des résidents d’implantations regardant des voitures et des maisons qu’ils ont incendiées dans la ville de Huwara, en Cisjordanie, le 26 février 2023. (Crédit : Twitter)

Smotrich, qui dirige le parti d’extrême droite HaTzionout HaDatit, a également rang de ministre délégué au sein du ministère de la Défense, en charge de l’organisme qui autorise la construction d’implantations et la démolition d’habitations palestiniennes dans une grande partie de la Cisjordanie.

Son autorité s’étend, dans ce cadre, sur une grande partie d’Huwara, dans le nord de la Cisjordanie, où vivent quelque 7 000 Palestiniens.

Le Département d’État américain a qualifié les propos originels d’« irresponsables, ignobles et innommables » et demandé au Premier ministre Benjamin Netanyahu de condamner « les incitations à la violence » de Smotrich.

Le ministre des Finances a par la suite publié une déclaration affirmant que les médias avaient tenté de « déformer » ses propos.

Il a déclaré que Huwara était un « village hostile », dont les habitants jetaient des pierres et tiraient sur les Israéliens, et qu’il était favorable à une « riposte massive » de l’armée pour avoir un réel effet dissuasif.

Il a plus tard fait savoir qu’il n’avait pas voulu dire que le village devait être anéanti, mais que l’armée devait agir de manière « ciblée » contre les terroristes qui y vivent.

Un responsable a confié la semaine passée au Times of Israel que l’administration Biden avait ensuite abondamment débattu de l’opportunité d’accorder à Smotrich son visa d’entrée aux États-Unis, en raison de ses incitations à la violence et à la commission de crimes de guerre.

La Maison Blanche a fini par publier une déclaration, jeudi, affirmant que Smotrich ne serait reçu par aucun responsable du gouvernement lors de son déplacement, en signe de réprobation.

Mercredi, Smotrich a publié un long message sur Facebook pour présenter ses excuses et dire que ses précédents propos donneraient lieu à un « examen de conscience » de sa part.

Il a expliqué ne pas s’être rendu compte que ses propos pourraient être interprétés par certains pilotes de l’armée de l’air israélienne comme l’ordre d’éradiquer sans discrimination tout un village palestinien.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.