Rechercher

Washington valide la vente de F-16 à Amman, de matériel défensif à Ryad et Abu Dhabi

Le Pentagone affirme que ces accords permettront de renforcer les partenaires régionaux tout en contrant l'Iran et les acteurs hostiles ; l'avantage militaire d'Israël est garanti

Le système de défense antibalistique américain Terminal High Altitude Area Defense (THAAD). (Crédit: US Army Europe)
Le système de défense antibalistique américain Terminal High Altitude Area Defense (THAAD). (Crédit: US Army Europe)

Le département d’État américain a approuvé des ventes potentielles d’avions de chasse et de systèmes de défense aérienne à la Jordanie, à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis afin de contribuer à la stabilisation de la région et de contrer l’Iran, a déclaré Washington jeudi.

Les ventes proposées comprennent des avions de chasse, des munitions et d’autres équipements pour Amman, pour un montant de 4,21 milliards de dollars ; 23,7 millions de dollars pour la mise à niveau des systèmes de défense antimissile de l’Arabie saoudite ; et 65 millions de dollars en pièces de rechange pour les systèmes de défense antimissile déployés par les EAU, selon le ministère américain de la Défense, qui a annoncé les approbations.

Aucune de ces ventes ne modifiera l’équilibre militaire dans la région, a déclaré l’Agence de coopération pour la défense et la sécurité (Defense Security Cooperation Agency), une décision destinée à assurer au Congrès que l’avantage militaire qualitatif d’Israël au Moyen-Orient serait maintenu.

Ces dernières semaines, les Émirats arabes unis ont été pris pour cible à plusieurs reprises par des drones d’attaque et des missiles qui auraient été lancés par des milices soutenues par l’Iran au Yémen. Les forces américaines et émiraties ont conjointement intercepté deux attaques aériennes récentes, dont une en début de semaine, alors que le président israélien Isaac Herzog entamait une visite historique dans ce pays arabe du Golfe.

En ce 5 août 2019, photo publiée par l’US Air Force, un pilote et un équipage de chasseur F-35 se préparent pour une mission à la base aérienne d’Al-Dhafra aux Emirats arabes unis. (Crédit : Sergent d’état-major Chris Thornbury/US Air Force via AP)

L’Arabie saoudite a également été une cible fréquente des drones et des missiles des rebelles houthis du Yémen, qui affrontent la coalition dirigée par l’Arabie saoudite dans le cadre de la guerre civile que connaît le Yémen depuis sept ans.

Mercredi, les Émirats ont déclaré avoir intercepté des drones d’attaque revendiqués ultérieurement par un groupe soutenu par l’Iran en Irak, qui a déjà pris pour cible l’Arabie saoudite.

Le Pentagone a déclaré qu’il pourrait vendre 31 systèmes de liaison de données MIDS-LVT pour moderniser les plateformes de défense aérienne THAAD de Riyad, en complément des systèmes similaires déjà installés sur son dispositif de défense antimissile Patriot.

« La vente proposée fournira aux forces armées saoudiennes l’équipement, la formation et le soutien de suivi nécessaires pour protéger l’Arabie saoudite, et la région, des effets déstabilisants du terrorisme, de la lutte contre l’influence iranienne et d’autres menaces », a déclaré le Pentagone dans un avis au Congrès.

Photo illustrative de deux jets F-16 de l’Armée de l’air jordanienne. (Crédit : CC BY-SA 3.0, par Caycee Cook, US Air Force, Wikimedia Commons)

Le ministère de la Défense a indiqué qu’il avait approuvé l’augmentation de l’acquisition par les EAU de pièces de rechange pour ses systèmes de défense aérienne Patriot, THAAD et HAWK, de 30 millions de dollars, montant qui avait été approuvé précédemment, à 65 millions de dollars.

Cette vente permettra de « maintenir l’état de préparation opérationnelle des systèmes critiques de défense aérienne », a précisé le Pentagone.

La Jordanie a reçu le feu vert pour acheter 16 avions F-16 Block 70, ainsi que des équipements connexes et des centaines de kits d’empennage de munitions d’attaque directe interarmées pour améliorer ses munitions.

Le ministère de la Défense a déclaré que la vente permettrait de moderniser l’armée de l’air jordanienne et de soutenir les objectifs de la coalition régionale dirigée par les États-Unis « tels que la lutte contre les organisations extrémistes violentes, la lutte contre les acteurs malveillants étatiques et non étatiques, et la défense des frontières ».

Des intercepteurs lancés au-dessus d’Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis, pour frapper des missiles entrants, le 24 janvier 2022. (Capture d’écran vidéo)

Les annonces sont requises par la loi avant une éventuelle vente. Les déclarations ont indiqué que les accords n’avaient pas encore été finalisés.

Les responsables américains se sont démenés ces derniers jours pour assurer aux alliés stratégiques du Golfe, notamment l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, le soutien défensif des États-Unis.

« L’Amérique soutiendra ses amis dans la région », a déclaré le président américain Joe Biden aux journalistes après une attaque de drone lundi.

L’administration Biden a semblé réticente à vendre des armes offensives aux Saoudiens, qui sont accusés de violations des droits de l’homme dans leur long engagement dans la guerre civile au Yémen. Les Houthis et les Émirats arabes unis, qui ont retiré leurs forces du conflit en 2019 mais ont continué à soutenir les rebelles anti-Houthis, ont également été accusés d’abus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...