Israël en guerre - Jour 142

Rechercher

Yvelines: le domicile d’un élu tagué de symboles nazis, son fils roué de coups

Le fils d'un adjoint au maire de Viroflay a aperçu deux personnes en train de taguer une croix celtique, des croix gammées et des inscriptions ; il a été frappé et gazé par les auteurs des tags

Photo d'illustration : Des policiers devant la préfecture de Paris, quai de Gesvres, le 3 octobre 2019. (Crédit : BERTRAND GUAY / AFP)
Photo d'illustration : Des policiers devant la préfecture de Paris, quai de Gesvres, le 3 octobre 2019. (Crédit : BERTRAND GUAY / AFP)

Le domicile d’un adjoint au maire de Viroflay (Yvelines) a été dégradé dimanche soir par des tags, dont certains faisant l’apologie du nazisme, et son fils roué de coups, a appris l’AFP lundi de source policière.

Deux personnes étaient en garde à vue lundi après-midi pour « violences avec arme en réunion, dégradations en réunion et outrage », a indiqué le parquet de Versailles, sollicité par l’AFP au sujet de cette affaire.

L’une des deux personnes gardées à vue « est mineure, l’autre est majeure », précise encore cette source.

Dimanche dans la soirée, selon la source policière, le fils d’un adjoint au maire de cette petite ville située à quelques kilomètres à l’est de Versailles aperçoit deux personnes en train de taguer une croix celtique, des croix gammées et deux inscriptions visant la police et le mouvement antifasciste sur un mur du domicile où il réside avec ses parents.

Alors qu’il s’oppose aux dégradations, l’homme est frappé et gazé par les deux auteurs des tags, qui prennent ensuite la fuite, poursuit cette même source.

L’agresseur majeur actuellement en garde à vue est fiché S pour appartenance à la mouvance d’ultra-droite, détaille la source policière, information que le parquet de Versailles n’a pas confirmée à ce stade.*

Sur BFMTV, l’adjoint à la sécurité dont le mur a été tagué, Louis Le Pivain, a qualifié ces tags de « hors de propos » et estimé qu’ils n’avaient « aucun lien » avec sa qualité d’élu.

« A cet âge-là, (commettre ces faits) c’est désespérant », a-t-il ajouté en référence à la jeunesse des prévenus.

Selon la chaîne de télévision, un mur non loin du domicile de M. Le Pivain a également été recouvert de tags similaires.

Interrogé sur le profil des mis en cause et les circonstances précises des dégradations, le parquet de Versailles a indiqué lundi en début d’après-midi « ne pas pouvoir en dire plus » à ce stade.

Plus tôt dans la journée de dimanche, des tags nazis et antisémites avaient également été constatés à Versailles sur une palissade appartenant à la mairie, avait indiqué la même source policière le jour même, sans que la découverte n’entraîne d’interpellations.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.