Zehava Shaul: Netanyahu m’a criée dessus, m’a traitée de « menteuse »
Rechercher

Zehava Shaul: Netanyahu m’a criée dessus, m’a traitée de « menteuse »

Le Premier ministre nie avoir avoir affronté les parents du soldat dont les dépouilles sont toujours aux mains du Hamas

Zehava Shaul, mère du défunt soldat de l'armée israélienne, Oron Shaul, prend la parole lors d'une conférence de presse avant une réunion du cabinet le 5 août 2018. (Hadas Parush / Flash90
Zehava Shaul, mère du défunt soldat de l'armée israélienne, Oron Shaul, prend la parole lors d'une conférence de presse avant une réunion du cabinet le 5 août 2018. (Hadas Parush / Flash90

La mère d’un soldat de l’armée israélienne tombé au combat et dont la dépouille serait détenue par le groupe terroriste palestinien du Hamas a accusé le Premier ministre Benjamin Netanyahu d’avoir perdu son sang-froid il y a deux ans, en criant sur elle et son mari et en les qualifiant de « menteurs ».

Le bureau de Netanyahu a fermement démenti cette affirmation, affirmant qu’il n’avait jamais crié sur des familles endeuillées ou lancer des accusations à leur égard.

Suite à des informations annonçant un accord de cessez-le-feu imminent avec le Hamas, des familles de civils israéliens et de soldats de l’armée israélienne tués dans la bande de Gaza ont tenu une conférence de presse accusant le gouvernement de ne pas inclure le retour de leurs proches .

Zehava Shaul, la mère du soldat Oron Shaul, qui a été tué dans la guerre de Gaza en 2014, a déclaré lors de la conférence : « Ce jeudi, marquera les deux ans de la mort de mon mari, Herzl, le père d’Oron. Comme chacun le sait, Herzl est décédé après avoir perdu deux batailles: la première – le retour d’Oron; la seconde – combattre le cancer qui se propageait dans son corps. »

Signalant que son mari « était incertain au sujet du sort de notre fils et n’avait plus confiance envers le gouvernement israélien », Shaul a déclaré que « deux mois avant sa mort, nous avions rencontré le Premier ministre Netanyahu et il nous avait lancé des accusations et crié dessus. Il nous avait traités de menteurs parce que nous avions affirmé qu’il avait promis de ne signer aucune réconciliation avec la Turquie avant le retour des garçons. »

Israël est parvenu à un accord avec la Turquie en 2016, six ans après que les liens ont été rompus suite aux décès de dix activistes turcs lors d’un affrontement avec des commandos de l’armée israélienne à bord d’une flottille à destination de Gaza.

« Nous savons tous qui a menti », a ajouté Shaul. « Herzl a quitté cette réunion enragée et blessée, physiquement et émotionnellement. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirige la réunion hebdomadaire au bureau du Premier ministre à Jérusalem le 29 juillet 2018. (Alex Kolomoisky / Pool Yedioth Ahronoth / Flash90)

Le bureau du Premier ministre n’a pas tardé à nier cette affirmation, affirmant que « le Premier ministre Netanyahu n’a jamais crié contre des familles endeuillées ni ne leur a lancé des accusations, et il en est de même pour la famille Shaul. Le Premier ministre continuera à faire tout son possible jusqu’à ce que les garçons soient rentrés chez eux. »

La famille Shaul a réitéré sa version des événements.

« Nous ne mentons pas », a-t-il déclaré dans un communiqué. « Netanyahu était livide et a frappé du poing sur la table. »

L’année dernière, le bureau de Netanyahu avait sévèrement réprimandé deux membres du Likud qui s’étaient disputés avec les familles des soldats tombés au combat lors d’une réunion du comité de la Knesset.

La direction du Hamas aurait approuvé vendredi un accord de cessez-le-feu négocié avec Israël, à condition que les restrictions aux points de passage de la bande de Gaza soient assouplies. Le groupe terroriste attend une réponse israélienne après la réunion du cabinet dimanche, a rapporté Hadashot TV.

Selon le rapport, un « très haut » responsable israélien s’était rendu au Qatar pour discuter de la mise en œuvre de l’accord du cessez-le-feu à long terme.

Le cabinet devait se réunir plus tard dimanche pour discuter de l’accord sur la trêve. Cependant, le père de Hadar Goldin, l’autre des deux soldats de l’armée israélienne tués au combat en 2014, dont la dépouille serait entre les mains du Hamas, a qualifié la réunion de « spectacle », alléguant qu’une décision avait déjà été prise.

« Quelqu’un a décidé de faire perdre le temps des membres du cabinet pour discuter d’un train qui a quitté la gare », a déclaré Simcha Goldin. « Israël a signé l’accord en partenariat avec l’ONU, l’Egypte et la Jordanie. L’accord a déjà commencé il y a trois jours et n’inclut pas les soldats et les civils [deux Israéliens détenus à Gaza].

« Netanyahu s’est soumis au terrorisme des ballons, cerfs-volants et snipers. Les soldats ont de nouveau été abandonnés par le Premier ministre », a-t-il ajouté. « Netanyahu est devenu un associé principal dans l’accord de soumission. »

Leah et Simcha Goldin, parents du défunt soldat israélien Hadar Goldin, assistent à une réunion du comité de la Knesset à Jérusalem le 1er février 2017. (Yonatan Sindel / Flash90)

Leah Goldin, la mère de Hadar, a appelé Netanyahu à apprendre du président américain Donald Trump, notant que ce dernier avait « renvoyé les captifs américains de la Corée du Nord avant les négociations ».

Trump a tenu un sommet historique avec le dictateur nord-coréen Kim Jong Un à Singapour en juin. Auparavant, son administration avait facilité le retour du captif Otto Warmbier, décédé quelques jours après sa libération après avoir souffert de graves lésions cérébrales au cours de son année de captivité.

Leah Goldin a également accusé des membres du cabinet de Netanyahu d’avoir critiqué sa famille lors de briefings à l’intention des fonctionnaires.

« Il y a des ministres qui poursuivent la famille Goldin et prétendent que nous menons Israël à la guerre », a-t-elle déclaré. « Honte à vous. Pouvez-vous tomber plus bas ? Un gouvernement qui envoie des soldats au combat et ne les fait pas revenir détruit la société. »

Les familles de Goldin, Shaul et les civils Avera Mengistu et Jumaa Ibrahim Abu Ghanima – qui seraient détenus par le Hamas après être entrés de leur propre chef dans Gaza – comptent se rendre au bureau du Premier ministre à Jérusalem à 16 heures, lorsque le conseil des ministres commence, exigeant de rencontrer Netanyahu.

De gauche à droite: Oron Shaul, Hadar Goldin et Avraham Mengistu. (Flash90 / The Times of Israël)

Alors que les détails de l’accord n’étaient pas officiellement confirmés, un responsable israélien a déclaré vendredi à Channel 10 qu’Israël ne serait pas disposé à accepter un accord à long terme avec le Hamas qui n’inclurait pas le retour des Israéliens détenus. Il a déclaré que l’accord stipulait que les négociations pour leur retour commenceraient immédiatement.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...