Rechercher

20 % des Juifs New-yorkais vivent en dessous du seuil de pauvreté

Le documentaire de 40 minutes "Jews got money" donne la parole à quatre personnes de la communauté juive et évoque la précarité d'une partie importante de la communauté

Le Français Sasha Andreas documente à travers un court film de 40 minutes intitulé Jew got money un sujet sinon tabou, du moins passé sous un certain silence : la pauvreté des juifs à New York.

Cette situation n’est pas ignorée par les institutions juives new-yorkaises, racontent Les Inrocks, dont certains responsables apparaissent pour témoigner face caméra, William Rapfogel, PDG du Conseil métropolitain de New York pour la pauvreté juive ou encore Amy Koplow, directrice exécutive de l’association pour l’enterrement gratuit selon les rites hébraïques (Hebrew Free Burial Association).

On apprend à cette occasion que 20 % de la communauté juive de New York, qui compte environ deux millions d’âmes, vit sous le seuil de pauvreté, un taux dont ne semblent pas avoir connaissance les membres les plus aisés de la communauté juive.

« Plusieurs parcours sont mis à nu à l’écran, poursuite le magazine, et toujours la même histoire se répète, celui d’un drame, social, familial, économique, politique même (de la Shoah à la chute de l’URSS). Ce que ce documentaire, par ces témoignages de personnes ordinaires, réussit le mieux, c’est de mettre le spectateur au contact de personnes qui pourraient vivre sur le même pallier, arpenter les mêmes rues ».

Un documentaire réalisé pour répondre aux clichés antisémites autant que pour sensibiliser la communauté juive au sort de ses pauvres.

Le documentaire est visible sur la plate-forme ReelHouse (A l’achat 6.20 €, à la location 2.70 € / le code SHANATOVA permet de louer le docu pour moins d’un dollar)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...