Rechercher

5,5 millions de dollars distribués par l’USAID à des projets israélo-palestiniens

Citant la réticence des participants, l'administratrice de l'agence US a refusé de citer les noms des entreprises partenaires ; les femmes entrepreneurs recevront aussi des fonds

La vice-administratrice de l'USAID Isobel Coleman parle aux journalistes à l'ambassade américaine de Jérusalem, le 8 mars 2022. (Crédit : Tal Schneider/The Times of Israel)
La vice-administratrice de l'USAID Isobel Coleman parle aux journalistes à l'ambassade américaine de Jérusalem, le 8 mars 2022. (Crédit : Tal Schneider/The Times of Israel)

Des projets associant entreprises israéliennes et palestiniennes vont recevoir des millions de dollars d’aides américaines pour renforcer les partenariats transfrontaliers, mais leurs noms resteront confidentiels, certains participants potentiels affichant apparemment une certaine nervosité face à ce projet conjoint.

Isobel Coleman, vice-administrative de l’USAID (l’agence américaine de développement international), a annoncé le versement de ces subventions depuis Jérusalem, où elle se trouvait mardi.

L’argent, qui sera versé dans le cadre du Fonds de partenariat pour la paix au Moyen-Orient, visera à « établir des partenariats, à renforcer la croissance économique et à poser les fondations de la paix par le biais de programmes interpersonnels », selon un communiqué de l’USAID.

Ce sont initialement 3,3 millions de dollars qui seront distribués en soutien aux femmes entrepreneurs et 2,2 millions de dollars seront transmis aux petites et moyennes entreprises en Israël et dans les territoires de l’Autorité palestinienne qui sont intéressées par ce type de collaboration.

Concernant la distribution aux entreprises, le Fonds de la MEPPA interviendra à travers une association professionnelle palestinienne et une association professionnelle israélienne. Une association professionnelle est une organisation qui réunit les acteurs d’un même secteur d’activité.

Coleman a refusé de donner les noms de ces dernières, notant qu’elles étaient réticentes à l’idée de révéler ouvertement leur participation au programme.

« Nous n’allons pas dévoiler les noms pour le moment », a-t-elle expliqué lors d’une conférence de presse qui réunissait des journalistes israéliens et palestiniens. « Il y a de nombreuses entreprises qui sont réticentes à l’idée de s’engager dans ce projet, et nous permettons donc aux associations professionnelles d’avoir un espace et un peu de temps pour se sentir plus à l’aise avec ce projet. »

Un Palestinien à côté d’un panneau de l’USAID dans la ville de Halhoul, dans le sud de la Cisjordanie, le 17 décembre 2017. (Crédit : AP Photos/Kevin Frayer)

Il est difficile de dire si les noms des entreprises seront rendus publics ultérieurement.

Certains Palestiniens considèrent les relations commerciales avec Israël comme un sujet tabou et les entreprises redoutent un possible retour de bâton si elles sont identifiées comme prenant part à ce programme.

Coleman a indiqué que les subventions étaient mises à disposition des entreprises d’un grand nombre de secteurs.

L’autre projet de financement concerne le soutien et la formation des femmes entrepreneurs. Le programme se concentrera sur la formation, sur la mise à disposition du capital initial nécessaire et sur la mise en relation des entrepreneures débutantes avec un mentor. L’argent servira également à former des femmes qui ne sont pas encore dans le secteur.

Le Congrès avait créé le Fonds MEPPA au mois de décembre 2020 en soutien à des projets de coexistence israélo-palestiniens, allouant la somme de 250 millions de dollars au plan. Les décisions sur la manière d’allouer les fonds avaient été prises par un groupe de conseil dirigé par George Salem, un avocat américano-palestinien qui a occupé des fonctions dans les administrations Reagan et Bush. Il avait été ultérieurement conseiller en politique étrangère du candidat Mitt Romney pendant sa campagne à la présidence des États-Unis.

Des Palestiniens recouvrent le logo de l’Agence américaine pour le développement international avec de la peinture pour protester contre le plan de règlement du conflit israélo-palestinien proposé par le président Donald Trump à un rond-point qui avait été rénové par l’USAID à Ramallah, en Cisjordanie, le 4 février 2020. (Crédit : AP Photo/Majdi Mohammed)

L’ambassadeur américain en Israël Thomas Nides a promis de promouvoir les projets du Fonds MEPPA depuis Jérusalem, contrairement à l’administration précédente qui avait coupé toutes les aides aux Palestiniens, et notamment celles qui étaient consacrées à des projets de coexistence.

En plus du fonds MEPPA, l’administration Biden a renouvelé le Fonds de soutien économique qui verse chaque année 75 millions de dollars en aide aux Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza. L’argent doit servir à financer les projets du Programme alimentaire mondial, différentes ONGs, les hôpitaux de Jérusalem-Est, le travail d’assainissement des eaux usées et à dynamiser le secteur privé – mais aucun fonds n’a encore été distribué pour le moment.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...