Après Afula, un groupe féministe s’attaque à un concert pour hommes à Haïfa
Rechercher

Après Afula, un groupe féministe s’attaque à un concert pour hommes à Haïfa

Dans une lettre adressée à la maire, l'Israel Women’s Network a protesté contre un concert "illégal" de chanteurs hassidiques, prévu dans un lieu appartenant à la mairie

Einat Kalisch Rotem, maire de Haïfa, lors de la conférence internationale annuelle sur l'innovation municipale à Tel Aviv, le 27 février 2019. (Flash90)
Einat Kalisch Rotem, maire de Haïfa, lors de la conférence internationale annuelle sur l'innovation municipale à Tel Aviv, le 27 février 2019. (Flash90)

Un groupe de défense des droits des femmes a appelé la maire de Haïfa à annuler un concert destiné à un public exclusivement masculin et ultra-orthodoxe prévu fin août.

Dans une lettre « urgente » adressée à la maire Einat Kalisch-Rotem, l’Israel Women’s Network a déclaré que le concert du 26 août excluait « illégalement » des femmes à un évènement organisé par la mairie.

« L’exclusion des femmes dans la sphère publique et la discrimination contre elles dans le service public sont des actions illégales qui enfreignent la loi fondamentale de dignité humaine et de liberté », indique la lettre.

Ils « violent le principe d’égalité, ainsi que la loi 2000 interdisant la discrimination dans les produits, les services et l’entrée aux divertissements publics ».

Le concert des chanteurs hassidiques Mordechai ben David et Motty Steinmetz doit avoir lieu à l’International Convention Center de Haïfa, qui appartient à la mairie, et a reçu le soutien de la ville.

L’International Convention Center de Haïfa. (Crédit : Wikipedia/Orderinchaos/CC BY-SA)

Cet appel survient suite à une interdiction de justice d’organiser un concert séparé à Afula, organisé grâce à des fonds publics et dans un lieu public.

Le concert d’Afula, où devait également se produire Steinmetz, était prévu le 14 août.

Si le juge Jonathan Abraham a déclaré que les participants individuels pouvaient décider d’eux-mêmes où ils voudraient s’asseoir lors de l’événement, il a donné l’instruction aux agents de sécurité « d’empêcher toute tentative [par les organisateurs ou des membres de la communauté] visant à placer des panneaux ou des barrières indiquant une quelconque séparation entre les hommes et les femmes… et d’intervenir, avec l’aide des officiers de police présents, à la moindre tentative de séparation ».

L’appel avait également été déposé par l’Israel Women’s Network.

A view of an Afula city street (photo credit: Shay Levy/Flash90)
Une vue d’une rue de la ville d’Afula. (Shay Levy / Flash90)

Dans la lettre adressée au maire de Haïfa, l’IWN a déclaré que cela n’importe pas qu’il « y ait un public qui préfère organiser un évènement sans femmes… ce qui est foncièrement illégal… le principe d’égalité entre les sexes et l’interdiction d’organiser des événements publics excluant les femmes prévalent sur les préférences d’une quelconque communauté ».

Lundi matin, le parti ultra-orthodoxe Shas a fait savoir qu’il ferait appel de la décision d’Afula, mais il est hautement improbable que l’audience ait lieu avant la date prévue du concert.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...