Armée allemande : Des aumôniers juifs pour la première fois depuis un siècle
Rechercher

Armée allemande : Des aumôniers juifs pour la première fois depuis un siècle

Le ministère de la Défense a annoncé une réforme prévoyant la nomination de rabbins militaires qui seront au service d'environ 300 Juifs dans la Bundeswehr

Les soldats de la Bundeswehr lors de la visite d'Etat d'un dirigeant étranger à la Chancellerie de Berlin, en Allemagne, le 13 mars 2019 (Crédit : Sean Gallup/Getty Images via JTA)
Les soldats de la Bundeswehr lors de la visite d'Etat d'un dirigeant étranger à la Chancellerie de Berlin, en Allemagne, le 13 mars 2019 (Crédit : Sean Gallup/Getty Images via JTA)

BERLIN, Allemagne (JTA) — Pour la première fois en un siècle, les militaires allemands auront des rabbins comme aumôniers.

La ministre de la Défense Ursula von der Leyen a annoncé cette semaine que son ministère nommerait des aumôniers juifs à la Bundeswehr sur la base des recommandations du conseil central des Juifs d’Allemagne, l’organisation-cadre qui représente les environ 100 000 membres de la communauté juive dans le pays.

De plus, un traité sur l’aumônerie militaire sera négocié entre la république fédérale d’Allemagne et le conseil central des Juifs, comme l’avaient fait protestants et catholiques il y a des décennies.

Von der Leyen et le président du conseil Josef Schuster ont pris la parole lors d’une conférence de haut-rang qui a débuté mercredi sur l’histoire des aumôniers juifs au sein de l’armée allemande – et sur ce qui est attendu d’un tel rôle aujourd’hui.

Selon le conseil central, le futur ou les futurs rabbins militaires assumeront toutes les fonctions pastorales et délivreront leurs enseignements aux soldats de toutes origines religieuses, « enrichissant leur éducation éthique… avec une contribution juive ».

Schuster a qualifié la décision de « signe de la relation de confiance croissante entre la communauté juive et la Bundeswehr dans le cadre de notre société démocratique ».

Ursula von der Leyen. (Crédit : CC BY 3.0)

Les soldats allemands n’ont pas l’obligation de faire connaître leur religion. Selon le ministère de la Défense, environ la moitié l’a fait. Selon les chiffres, il y a approximativement 300 soldats juifs, en plus de 3 000 musulmans, 41 000 catholiques et 53 000 protestants. Des aumôniers militaires chrétiens avaient fait leur apparition dans la Bundeswehr il y a environ 60 ans.

L’Allemagne avait été contrainte de démanteler son armée suite à sa défaite durant la Première guerre mondiale.

Après la Seconde Guerre mondiale, les aumôniers militaires juifs dans les armées alliées avaient servi dans les camps de personnes déplacées, puis auprès de leurs propres troupes stationnées dans l’Allemagne de l’ouest de l’après-guerre. Certains avaient ouvert leurs congrégations militaires aux Juifs allemands, important dans le pays le judaïsme réformé, un mouvement dont les racines sont notamment allemandes. Après la réunification des deux Allemagne, Est et Ouest, en 1990, un grand nombre de soldats alliés avaient quitté le pays et avec eux, les aumôniers juifs.

Et c’est maintenant la Bundeswehr elle-même qui va réintroduire des aumôniers juifs. Dans le cadre des opérations et des missions de maintien de la paix de l’OTAN, les militaires pourraient demander aux rabbins de se rendre dans les zones où sont stationnées les troupes allemandes. Selon les informations qui ont été divulguées, les candidats rabbiniques devront obtenir une habilitation en termes de sécurité. Aucune date n’a été communiquée concernant la nomination de ces aumôniers juifs.

Dans sa déclaration, Von der Leyen a expliqué qu’elle était « reconnaissante et honorée que des femmes et des hommes juifs servent au sein de notre Bundeswehr« , ajoutant que tous les soldats, Juifs et musulmans, bénéficient « d’une pratique religieuse et d’une attention pastorale ininterrompues ».

Il y aura également rapidement des imams à être nommés aumôniers militaires, même s’il n’y aura pas de traité signé avec la république fédérale d’Allemagne dans la mesure où il n’y a pas une seule instance représentative des musulmans dans le pays mais plusieurs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...