Arrestation de 22 hommes ultra-orthodoxes suspectés de crimes sexuels
Rechercher

Arrestation de 22 hommes ultra-orthodoxes suspectés de crimes sexuels

La police estime que ces crimes ont été couverts par les dirigeants des communautés qui règlent leurs problèmes en interne sans en référer aux autorités ni aux services sociaux

La police israélienne a annoncé lundi avoir arrêté 22 ultra-orthodoxes soupçonnés d’abus sexuels sur des femmes et des mineurs ces deux dernières années, mais ont été couverts par les chefs de leurs communautés qui préfèrent régler la question en interne.

Les 22 hommes, âgés de 20 à 60 ans, ont été arrêté dans la nuit dans leurs communautés à Jérusalem, à Bnei Brak, à Bet Shemesh et dans l’implantation de Beitar Illit, a indiqué la police.

Ces arrestations ont eu lieu grâce à une opération d’infiltration dans cette communauté qui a tenté de dissimuler les agissements de certains de ses membres.

D’autres membres de cette communauté qui observe strictement les lois du judaïsme, savaient mais se sont gardés d’alerter les autorités, préférant tenter de régler la question en interne, selon la police.

Sous la conduite de leurs rabbins, ils ont recueilli des informations sur les auteurs des actes pour les confondre. « Dans la plupart des cas, on ordonnait aux suspects de se faire soigner d’une manière ou d’une autre au sein de la communauté », a ajouté la police. Pour leur part, « des dizaines de victimes n’ont pas reçu les soins nécessaires ».

Les policiers ont fini par se retrouver en possession d’éléments à charge recueillis par d’autres ultra-orthodoxes contre les suspects, a-t-elle poursuivi. La police a publié une vidéo montrant de petits carnets de notes ayant servi à collecter les informations compromettantes. Ce cahier, listant les noms des suspects et leurs agissements, a été saisi par la police.

A Jérusalem, des membres de la communauté ont tenté d’empêcher les arrestations, invectivant les policiers et lançant des projectiles qui ont brisé les vitres de deux véhicules, selon la police.

Les suspects devaient être présentés à des juges. Aucun ultra-orthodoxe qui aurait tenté de garder l’affaire secrète n’a été arrêté, a dit à l’AFP un porte-parole de la police.

Cette dernière n’a pas fourni de précision sur la nature de l’infiltration dans la communauté.

Les ultra-orthodoxes représentent environ 10 % de la population israélienne et mènent une existence en stricte conformité avec les règles du judaïsme. Les plus radicaux ne reconnaissent pas l’autorité des institutions laïques, tâchant de se soustraire aux systèmes judiciaire ou policier et s’en remettant à la place à leur doctrine religieuse et à leurs rabbins.

Les leaders ultra-orthodoxes exercent aussi une importante influence politique et ont souvent joué le rôle de faiseurs de rois.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...