Assaut du Capitole : Le rédacteur du « Jewish Press » faisait partie des émeutiers
Rechercher

Assaut du Capitole : Le rédacteur du « Jewish Press » faisait partie des émeutiers

Elliot Resnick, un Juif orthodoxe et fervent partisan de Donald Trump, a été identifié dans une vidéo ; il avait écrit sur l'émeute sans évoquer sa participation

Elliot Resnick, rédacteur en chef du Jewish Press, parmi les émeutiers du Capitole le 6 avril 2021. (Capture d'écran YouTube)
Elliot Resnick, rédacteur en chef du Jewish Press, parmi les émeutiers du Capitole le 6 avril 2021. (Capture d'écran YouTube)

Le rédacteur en chef du Jewish Press, un journal juif politiquement conservateur, basé à Brooklyn et dont le lectorat est principalement orthodoxe, a été identifié parmi les émeutiers qui ont pris d’assaut le Capitole le 6 janvier dernier.

Elliot Resnick a été identifié dans une vidéo de l’assaut du Capitole par un chercheur anonyme et rapportée pour la première fois par Politico.

Resnick a ensuite écrit sur l’émeute du 6 janvier, qui a fait cinq morts et plus de 100 blessés parmi les policiers, sans révéler qu’il y avait participé.

« Les Démocrates ne cessent de déclarer que plus jamais ce pays ne pourra voir son Capitole envahi par une foule », a-t-il écrit dans un billet du 17 mars sur le site American Thinker. « Eh bien, il y a une solution facile pour cela. Ne volez pas les élections au vu et au su de tous, et peut-être que les citoyens normalement respectueux des lois ne craqueront pas. »

Resnick était un partisan de longue date du président américain Donald Trump, qui a affirmé sans preuve qu’il avait perdu contre Joe Biden en novembre parce que le scrutin était truqué.

Dans la vidéo, on peut voir Resnick trébucher alors qu’il entre dans le bâtiment du Capitole par une porte, tandis qu’un agent de la police du Capitole tente d’écarter les intrus. Il réapparaît quelques minutes plus tard, son visage clairement visible, se tenant à proximité d’un autre émeutier en train de crier sur un officier de police du Capitole.

Resnick a refusé de répondre aux demandes de commentaires de Politico. Mais l’éditrice du Jewish Press, Naomi Mauer, a envoyé une déclaration à la publication lundi.

« À la lumière de notre compréhension des faits, nous pensons que Resnick a agi dans le respect de la loi », a déclaré Mauer dans un courriel, refusant de répondre aux questions qui ont suivi.

Resnick, qui dirige la rédaction du Jewish Press depuis 2018, a l’habitude d’utiliser un langage incendiaire et a qualifié le mouvement des droits des homosexuels de « diabolique ». Sous la direction de Resnick, le Jewish Press a été critiqué par la Ligue anti-diffamation en 2019 après avoir publié une tribune intitulée « The Pride Parade : What Are They Proud Of » comparant les marcheurs gays de l’événement new-yorkais à des animaux, des infidèles et des voleurs.

« Si les Noirs en veulent tant à l’Amérique [sic], qu’ils se débarrassent du christianisme (que l »homme blanc’ leur a donné) et qu’ils renouent avec les religions primitives qu’ils pratiquaient en Afrique », a écrit Resnick dans un tweet en 2019.

« Quelqu’un peut-il me donner une raison cohérente pour laquelle le blackface est raciste ? », a-t-il écrit dans un autre tweet la même année.

The Jewish Press a été dirigé dans les années 1960 par le rabbin Meir Kahane, un nationaliste juif qui prônait la violence contre les Arabes et qui a été banni de la Knesset. Bien que l’hebdomadaire ait pris ses distances avec Kahane en 1969, il a publié, pas plus tard que la semaine dernière, un article intitulé « Les députés arabes s’en tirent avec un texte de prestation de serment modifié, mais quand le député Kahane l’a fait, il a été banni ». En 2015, Resnick a publié une critique élogieuse d’une biographie de Kahane écrite par son épouse et a décrit sa propre expérience de « quasi transe » en lisant un des livres de Kahane au lycée.

Resnick n’était pas le seul participant juif orthodoxe aux émeutes du Capitole. Aaron Mostofsky, dont le père est juge à la Cour suprême du comté de Kings et ancien président du Conseil national de Young Israel – une association de synagogues orthodoxes qui s’est montrée ouvertement pro-Trump – a été arrêté par le FBI à son domicile de Brooklyn en janvier. D’autres Juifs orthodoxes également présents lors de l’émeute du Capitole ont voyagé dans des bus affrétés par plusieurs communautés juives orthodoxes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...