Rechercher

Ben Gvir: les accords d’Abraham prouvent qu’on peut « faire la paix sans concessions »

Le ministre émirati des Affaires étrangères avait précédemment mis en garde Netanyahu contre la participation de Ben Gvir à la coalition et au gouvernement

Le député et chef d'Otzma Yehudit Itamar Ben Gvir à la résidence présidentielle, à Jérusalem, le 10 novembre 2022. (Crédit :  Yonatan Sindel/Flash90)
Le député et chef d'Otzma Yehudit Itamar Ben Gvir à la résidence présidentielle, à Jérusalem, le 10 novembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le chef du parti d’extrême droite Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, a assisté jeudi à une réception organisée par la représentation des Émirats arabes unis à Tel Aviv, alors même que les autorités émiraties s’étaient précédemment montrées critiques envers sa possible participation au futur gouvernement.

Le politicien extrémiste, qui devrait devenir ministre de la Sécurité nationale dans le prochain gouvernement, a été invité à l’événement donné pour la fête nationale émiratie par l’ambassadeur des Émirats arabes unis, Mohamed Al Khaja, à l’hôtel Hilton.

Les réjouissances ont célébré le 51e anniversaire de l’unification des Émirats arabes unis.

Ben Gvir a serré la main de l’ambassadeur à l’occasion de cet événement auquel a également assisté le nouveau Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Israël et les Émirats arabes unis ont normalisé leurs relations en 2020, sous le précédent gouvernement Netanyahu, dans le cadre des accords d’Abraham négociés par les États-Unis.

« L’événement qui nous réunit aujourd’hui montre qu’il est possible de faire la paix sans abandon de territoire ni capitulation face au terrorisme, de faire la paix entre personnes qui s’estiment, sans concessions », a déclaré Ben Gvir lors de la réception, selon Ynet.

Il a publié une photo de sa rencontre avec l’ambassadeur assortie du commentaire : « Voilà à quoi ressemble véritablement la paix. »

Netanyahu était l’invité d’honneur de cet événement.

« Les accords d’Abraham ne sont pas juste un morceau de papier signé par les gouvernements, mais une paix chaleureuse entre nos peuples, qui améliore la sécurité, la coopération et la stabilité de la région », a déclaré Netanyahu.

L’ambassadeur des Émirats arabes unis a remis des foulards à Netanyahu et son épouse, sur scène, lors de la réception.

« Les Émirats souhaitent montrer que l’unité est synonyme de prospérité. Nous continuerons à utiliser la diplomatie pour approfondir nos relations, dans l’amitié et le respect mutuel », a déclaré Al Khaja.

Des ministres de la coalition sortante, membres de la Knesset de tous les partis, diplomates étrangers et hommes d’affaires ont également pris part à l’événement, à l’exception du Premier ministre, Yair Lapid, retenu par d’autres obligations, a indiqué Haaretz.

Ben Gvir a conclu, vendredi, un accord pour prendre part au gouvernement dirigé par Netanyahu et son parti, le Likud. Aux termes de cet accord, il devrait devenir ministre de la Sécurité nationale, avec une compétence sur la police et les résidents des implantations israéliennes en Cisjordanie.

Ben Gvir est un disciple du défunt rabbin extrémiste Meir Kahane, auteur du massacre du Tombeau des Patriarches en 1994, dont il a longtemps affiché une photo en bonne place chez lui.

Tout comme Kahane, Ben Gvir a déjà fait l’objet d’une condamnation pour terrorisme, mais il assure s’être assagi ces dernières années et ne plus avoir les mêmes convictions.

Ben Gvir a en outre été reconnu coupable d’incitation au racisme, en 2007, pour avoir brandi une pancarte lors d’une manifestation sur laquelle on pouvait lire : « Expulsez l’ennemi arabe ».

Avant les élections, le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, Abdullah bin Zayed, avait mis Netanyahu en garde contre la participation de Ben Gvir et de son partenaire politique Bezalel Smotrich dans son gouvernement, a rappelé un haut responsable proche de la question au Times of Israel.

Le message avait été transmis lors d’une réunion, en septembre, lorsque bin Zayed effectuait une visite en Israël, a précisé le responsable, confirmant une information précédemment donnée par le site d’information Axios.

Le président du Likud, Benjamin Netanyahu (à gauche), s’entretient avec le dirigeant d’Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir (deuxième à partir de la droite) dans les bureaux du Likud à Tel Aviv, le 7 novembre 2022. (Courtoisie)

Ben Zayed avait fait savoir que la participation de députés extrémistes au gouvernement de Netanyahu risquait de remettre en cause les relations avec les Émirats arabes unis, sans parler des accords d’Abraham, a ajouté le responsable.

Ben Gvir s’est présenté aux élections dans le cadre de l’alliance d’extrême droite de Smotrich, HaTzionout HaDatit, qui s’est depuis scindée en trois factions distinctes, comme prévu.

Ces trois partis d’extrême droite ont signé des accords de coalition avec le Likud de Netanyahu, toujours en pourparlers avec deux factions ultra-orthodoxes pour finaliser son gouvernement.

Les relations entre Israël et les Émirats arabes unis se sont considérablement améliorées depuis la signature des accords d’Abraham : des milliers de touristes israéliens se sont rendus dans l’État du Golfe et les deux États coopèrent sur le plan diplomatique et sécuritaire.

La valeur du commerce entre les Émirats arabes unis et Israël devrait dépasser les 2 milliards de dollars en 2022, contre 1,2 milliard de dollars l’année dernière.

Les accords d’Abraham ont également établi des relations diplomatiques entre l’État juif et Bahreïn et ouvert la voie à une normalisation avec le Maroc, quelques mois plus tard.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.