Bennett fustige les juges, qui “oublient qu’il y a un gouvernement”
Rechercher

Bennett fustige les juges, qui “oublient qu’il y a un gouvernement”

"L'objectif principal" du ministre de l’Education est de faire adopter une Loi fondamentale qui empêcherait la Cour de rejeter des législations de la Knesset

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Naftali Bennett, au centre, entouré de Shuli Moalem-Refaeli, à sa droite, et d'Ayelet Shaked, à sa gauche, pendant la réunion du groupe parlementaire d'HaBayit HaYehudi, à la Knesset, le 23 octorbe 2017. (Crédit : autorisation)
Naftali Bennett, au centre, entouré de Shuli Moalem-Refaeli, à sa droite, et d'Ayelet Shaked, à sa gauche, pendant la réunion du groupe parlementaire d'HaBayit HaYehudi, à la Knesset, le 23 octorbe 2017. (Crédit : autorisation)

Le ministre de l’Education, Naftali Bennett, a déclaré lundi que son « objectif principal » de la session hivernale de la Knesset serait de faire avancer une Loi fondamentale, qui a valeur de loi constitutionnelle, autorisant la Knesset à contourner la Haute cour de Justice.

« Il y a des juges à Jérusalem qui ont oublié qu’il y a aussi un gouvernement à Jérusalem », a dit Bennett pendant la réunion hebdomadaire du groupe parlementaire de son parti, HaBayit HaYehudi.

« Ces dernières années, la Haute cour s’est positionnée au-dessus de la législature, et non à ses côtés », a-t-il ajouté.

Bennett faisait référence aux récentes décisions de la Cour qui, pendant l’été, a torpillé une législation sur les migrants illégaux, et une autre mettant en place une taxe sur le troisième bien immobilier. Il a estimé que le nombre de jugements contre les lois adoptées par la Knesset était « quasiment sans précédent. »

Le ministre de l’Education veut amender la Loi fondamentale pour y intégrer une clause empêchant la Cour de rejeter des législations de la Knesset.

Bennett a également critiqué une décision prise dimanche par la Cour sur la démolition de six maisons de Netiv Haavot, un avant-poste de Cisjordanie, estimant qu’elle était « aberrante et scandaleuse. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...