La Haute cour rejette la demande des habitants de Netiv Haavot
Rechercher

La Haute cour rejette la demande des habitants de Netiv Haavot

Les habitants de l’avant-poste affirmaient que leurs maisons, qui doivent être rasées en mars 2018, pouvaient ne pas être démolies

Jacob Magid est le correspondant implantations du Times of Israël

Photographie aérienne de l'avant-poste de Netiv Haavot. Les zones colorées ont été désignées terres d'État par la Cour Suprême. Les 17 structures en dehors de cette zone devraient être démolies. (Crédit : Autorisation)
Photographie aérienne de l'avant-poste de Netiv Haavot. Les zones colorées ont été désignées terres d'État par la Cour Suprême. Les 17 structures en dehors de cette zone devraient être démolies. (Crédit : Autorisation)

La Haute Cour de Justice a rejeté dimanche une pétition des habitants de l’avant-poste illégal de Netiv Haavot pour épargner six des quinze maisons qui doivent être démolies.

Elle a indiqué que toutes les maisons du quartier Gush Etzion devaient être rasées.

Même si aucune des maisons de l’avant-poste, proche de l’implantation d’Elazar, ne repose entièrement sur des terrains palestiniens privés, six d’entre elles empiètent de quelques mètres sur ces terrains.

Dans leur demande, présentée le mois dernier et qui avait été appuyée par le procureur de l’Etat, les habitants expliquaient que les six maisons n’avaient pas besoin d’être démolies.

Ils avaient présenté une alternative, proposant de ne démolir que les « parties problématiques » des maisons qui se trouvent sur des terrains palestiniens privés, permettant ainsi au reste du bâtiment de rester intact.

La Haute cour s’est cependant opposée à cette demande, et a estimé que les quinze maisons devaient être démolies avant le 8 mars 2018, comme initialement ordonné.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...