Concurrence: feu vert au rachat de Go Sport par l’homme d’affaires Michel Ohayon
Rechercher

Concurrence: feu vert au rachat de Go Sport par l’homme d’affaires Michel Ohayon

Le fonds FIB, également présent dans l'hôtellerie de luxe et le vin, a déjà racheté des magasins Gap, Camaïeu et Galeries Lafayette

Michel Ohayon. (Autorisation : Groupe FIB)
Michel Ohayon. (Autorisation : Groupe FIB)

L’Autorité de la concurrence a donné son accord « sans conditions » au rachat par l’homme d’affaires bordelais Michel Ohayon, via son fonds FIB, de l’enseigne Go Sport contre 1 euro symbolique, selon un communiqué jeudi.

« Compte tenu des positions détenues par les parties sur les marchés concernés par l’opération », celle-ci « n’est pas de nature à porter atteinte à la concurrence », indique l’Autorité, qui l’a donc « autorisé sans conditions ».

L’enseigne spécialisée dans la distribution d’articles de sport, lancée en 1978, avait été rachetée en 1990 par Rallye, la maison-mère lourdement endettée de l’enseigne de grande distribution Casino.

Go Sport emploie environ 2 000 salariés et fait état d’un chiffre d’affaire de 625 millions d’euros pour l’année 2019. De son côté, l’Autorité de la concurrence évoque « un chiffre d’affaires de plus de 300 millions d’euros » dans son communiqué, sans toutefois préciser l’année concernée.

En France, Go Sport indiquait mi-mars s’appuyer sur un réseau de 85 magasins en propre et 48 magasins affiliés. Il exploite également l’enseigne Endurance Shop, soit 45 magasins en affiliation. A l’étranger, la marque est présente via 45 magasins notamment au Qatar, à Oman, au Maroc ou encore en Jordanie.

Fin juin, l’Autorité de la concurrence avait déjà donné son accord au rachat par FIB de 21 magasins français de l’enseigne de prêt-à-porter américaine Gap. L’offre portait sur la reprise d' »un minimum de 358 salariés » sur 372, indiquait le groupe.

Michel Ohayon avait déjà repris, en août 2020, 511 magasins de l’enseigne de prêt-à-porter féminin Camaïeu. Ce fonds d’investissement, également présent dans l’hôtellerie de luxe (Grand Hôtel de Bordeaux, Waldorf Astoria Trianon Palace Versailles) et le vin, avait par ailleurs acquis 22 franchises Galeries Lafayette en régions en 2018.

Il « est également actif dans le secteur de la distribution de jouets via la société Ludendo Entreprises SAS et ses filiales (La Grande Récré, Jouetland notamment) », précise l’Autorité de la concurrence.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...