Des centaines de personnes à l’enterrement d’Aviv Levi tué par un sniper de Gaza
Rechercher

Des centaines de personnes à l’enterrement d’Aviv Levi tué par un sniper de Gaza

Le père du sergent a rendu hommage à son fils qui "a payé le prix le plus cher parce qu’il était si brillant"

Des centaines de personnes sont venues à Petah Tikva, le 22 juillet 2018, pour l’enterrement du sergent Aviv Levi, qui a été tué vendredi par le tir d’un sniper palestinien à la frontière de Gaza (Crédit : Avi Dishi/FLASH 90)
Des centaines de personnes sont venues à Petah Tikva, le 22 juillet 2018, pour l’enterrement du sergent Aviv Levi, qui a été tué vendredi par le tir d’un sniper palestinien à la frontière de Gaza (Crédit : Avi Dishi/FLASH 90)

Dimanche, des centaines de personnes sont venues à Petah Tikva pour l’enterrement du sergent Aviv Levi, qui a été tué vendredi par le tir d’un sniper palestinien à la frontière de Gaza.

Levi, âgé de 21 ans et originaire de Petah Tikva, était un soldat d’infanterie de la Brigade Givati. Il est la première victime de Tsahal sur le front de Gaza depuis l’Opération Bordure protectrice en 2014.

« Ce n’est pas simple de faire l’éloge funèbre d’un enfant. Ce n’est pas naturel », a déclaré Yaakov, le père de Levi, à la foule présente sur place, selon le site d’information Ynet.

« Tu étais notre rayon de lumière, éblouissant et souriant. Nous avons adoré te regarder grandir pour devenir l’homme que tu étais. Tu étais le sel de la terre et tu as payé le prix le plus cher parce que tu étais brillant. Tu ne cherchais pas à éviter la moindre mission, grande ou petite. Tu prenais soin de tes amis. Nous ne sommes pas séparés – tu seras avec nous pour toujours ».

Noy, la sœur de Levi, s’est aussi exprimée.

« Ce n’était pas ton heure de nous quitter. Tu étais un frère merveilleux, un modèle à admirer, un garçon réfléchi et un homme très élégant et spécial », a-t-elle déclaré.

Avant l’enterrement, Levi a parlé de son fils qui excellait dans tous les domaines de la vie.

« Mon fils était extraordinaire, respectueux et très précieux », a déclaré Yaakov.

« Il n’a jamais fui ses responsabilités, et c’est ce qui l’a conduit à sa mort. C’est une perte terrible. C’était un bon garçon, un étudiant remarquable, il aurait accompli de grandes choses », a-t-il dit au site d’information Walla.

« Tout ce qu’il faisait était… réussi. Il s’occupait et prenait soin de tout le monde. Chaque fois avant son retour de l’armée, sa mère lui préparait sa chambre et achetait tout pour lui. Sa chambre était comme une chambre de princes. Quand il rentrait, elle le prenait dans ses bas et ne voulait pas le laisser partir ».

« Vendredi, il a parlé à sa mère à midi. Il était fatigué, épuisé – elle l’a senti. Il lui a dit qu’il était sur le terrain du matin au soir, que ce n’était pas facile. Elle a eu un mauvais pressentiment après la conversation, mais elle ne pouvait pas penser que quelque chose d’aussi horrible allait se produire ».

Dans un entretien avec le site d’information Ynet, l’oncle de Levi a parlé d’un soldat qui comprenait ses responsabilités.

« Le chef du bataillon a dit qu’il avait autant confiance en lui qu’en ses supérieurs », a déclaré Noam Levi.

Le sergent Levi était l’aîné d’une fratrie de quatre frères et sœurs. Ses parents et deux de leurs enfants étaient en vacances en Italie quand il a été tué.

« Orian, son frère qui sert dans la brigade Golani, a reçu un appel de son commandant vendredi. Il lui a demandé de rentrer chez lui. Quand il est arrivé à la maison, des représentants de l’armée l’attendaient », a répété Noam Levi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...