Israël en guerre - Jour 231

Rechercher

Des organisations caritatives signalent une forte hausse des demandes avant Pessah

Pitchon Lev a indiqué que les demandes d'aide alimentaire ont augmenté de 285 % et que l'âge moyen des demandeurs d'aide a chuté de 67 en 2022 à 53 ans cette année

Des employés déchargeant des marchandises à l'extérieur d'un supermarché, dans le centre-ville de Jérusalem, le 8 décembre 2022. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Des employés déchargeant des marchandises à l'extérieur d'un supermarché, dans le centre-ville de Jérusalem, le 8 décembre 2022. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Pitchon Lev, une organisation d’aide alimentaire qui fournit des colis alimentaires aux familles dans le besoin, a fait état mardi d’une augmentation de 285 % des demandes d’aide pour la fête juive de Pessah.

L’âge moyen des personnes demandant de l’aide à Pitchon Lev a chuté de 13 ans, passant de 67 ans en 2022 à 53 ans cette année.

En réponse, le ministre des Affaires sociales Yaakov Mergi (Shas) a déclaré qu’il accorderait 5 millions de shekels pour soutenir les organisations d’aide alimentaire avant Pessah, a rapporté Maariv.

Eli Cohen, PDG de Pitchon Lev, a salué le geste de bonne volonté du gouvernement, mais a déclaré qu’il s’attendait à voir une augmentation de 260 millions de shekels pour les programmes d’aide alimentaire dans le prochain budget, « comme le gouvernement l’avait promis dans les accords de coalition ».

« Malheureusement, nos données de cette année ne laissent pas de place à l’erreur. Les conséquences de la hausse du coût de la vie ont été clairement mises en évidence et [les données] confirment ce que nous constatons sur le terrain depuis longtemps, à savoir que les jeunes familles sont incapables de supporter la charge économique et tombent sous le seuil de pauvreté », a déclaré Cohen.

Le coût de la vie en Israël est l’un des plus élevés parmi les pays de l’OCDE, ce qui a été généralement attribué à un manque de concurrence entre les importateurs et les fabricants locaux, qui sont donc en mesure d’augmenter les prix, ainsi qu’aux restrictions à l’importation qui empêchent les entreprises internationales d’entrer sur le marché. Dans le même temps, les coûts d’importation, les coûts de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et les restrictions en matière de casheroute ont empêché les chaînes de magasins internationales d’entrer sur le marché.

Le taux d’inflation en Israël s’est accéléré pour atteindre 5,4 % en janvier par rapport aux 12 mois précédents, soit le niveau le plus élevé depuis 2008, tandis que les détaillants alimentaires locaux ont augmenté les prix des produits alimentaires, suscitant l’indignation des consommateurs et des appels au boycott.

Les prix des produits alimentaires en Israël ont augmenté de 50 % au cours des vingt dernières années et sont de 25 % à 80 % supérieurs à la moyenne de l’OCDE, les produits laitiers, les boissons gazeuses et les produits à base de céréales étant particulièrement chers (selon les données de 2017 de l’OCDE).

La pandémie de coronavirus et l’invasion de l’Ukraine par la Russie ont également eu un impact significatif sur le coût de la vie.

Une femme âgée cherchant des boîtes de conserve dans la poubelle du marché de Mahane Yehuda, à Jérusalem, le 30 octobre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Une femme anonyme de 37 ans, mariée et mère de cinq enfants, a déclaré à Maariv qu’elle ne s’attendait pas à avoir un jour besoin d’une aide alimentaire.

« Je n’aurais jamais pensé que je me retrouverais à demander de l’aide à qui que ce soit. Nos dépenses sont tout simplement trop élevées, et nous ne sommes pas en mesure de gagner suffisamment pour maintenir un mode de vie normal. »

Les préoccupations de Cohen sont partagées par d’autres organisations caritatives. Dans son rapport 2022 sur la pauvreté alternative, l’organisation sociale Latet a constaté que la proportion de personnes ayant besoin d’une aide financière avait triplé au cours de l’année écoulée.

Une autre organisation caritative, Lechiot BeKavod (Vivre dans la dignité), a déclaré qu’elle prévoyait de fournir 3 000 repas aux survivants de la Shoah et aux personnes âgées à l’occasion de Pessah.

Elle a déclaré que la hausse du coût des denrées alimentaires avait entraîné une augmentation de 20 % du coût de son programme de fourniture de nourriture.

« Le coût de production de chaque repas a considérablement augmenté et, à l’approche de la fête, nous ne sommes pas sûrs de pouvoir subvenir aux besoins de tous si les prix continuent de grimper ou si les dons ne sont pas suffisants », a déclaré Erez Karlenstein, directeur-général de Lechiot BeKavod.

Sharon Wrobel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.