Rechercher

L’inflation en Israël atteindra 5,3 % en 2022, son niveau le plus élevé depuis 2008

L'IPC a augmenté de 0,3 % en décembre, en raison de la hausse des prix du logement, de l'alimentation, des transports et des télécommunications, selon le CBS

Des passagers attendant un bus à l'entrée de Jérusalem, le 1er août 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Des passagers attendant un bus à l'entrée de Jérusalem, le 1er août 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Les prix à la consommation en Israël ont augmenté d’un taux annuel de 5,3 % en 2022, contre une hausse de 2,8 % enregistrée un an plus tôt, sous l’effet de la hausse du coût du logement, des transports, des télécommunications et de l’alimentation.

Le taux d’inflation annuel s’est établi à 5,3 % en décembre, restant à son plus haut niveau depuis 14 ans pour un deuxième mois consécutif et mettant davantage de pression sur la Banque centrale d’Israël pour qu’elle relève à nouveau les taux d’intérêt le mois suivant, dans le but de maîtriser les prix.

L’indice des prix à la consommation (IPC), une mesure de l’inflation qui suit le coût moyen des biens ménagers, a augmenté de 0,3 % en décembre par rapport à novembre, alors que les analystes prévoyaient entre 0,3 % et 0,4 %, selon le Bureau central des statistiques (CBS). L’IPC annuel de 5,3 % est le plus élevé depuis que l’inflation a atteint 5,5 % en octobre 2008.

En décembre, des augmentations spectaculaires ont été observées dans le coût du transport, qui a augmenté de 1,1 % ; le logement et les services médicaux, qui ont chacun augmenté de 0,6 % ; et l’entretien des appartements, qui a augmenté de 0,2 %. Ces hausses ont été compensées par des baisses des prix des fruits et légumes frais (2,8 %), de la culture et des loisirs (1,4 %) et des vêtements et chaussures (1 %), selon le CBS.

En 2022, les prix des transports et des télécommunications ont augmenté de 9,2 %, le logement a augmenté de 6,3 %, les prix de l’entretien des appartements ont augmenté de 5,7 %, et les prix des produits alimentaires ont augmenté de 4,9 %. Depuis 2017, les prix à la consommation ont bondi de 9 % au total, selon le CBS.

L’inflation en Israël reste tout de même inférieure à celle de la plupart des pays développés. Aux États-Unis, les prix à la consommation de novembre à décembre ont diminué de 0,1 %, la première baisse en plus de deux ans et demi, en raison de la chute des prix de l’essence. Sur une base annuelle, l’inflation a décéléré à 6,5 % en décembre, par rapport à l’année précédente, contre 7,1 % en novembre, ce qui ajoute aux signes indiquant que la Réserve fédérale américaine ralentira ses hausses de taux d’intérêt dans les prochains mois.

Construction de nouveaux logements dans la ville de Beer Sheva, dans le sud d’Israël, le 18 novembre 2022. (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)

L’inflation a également baissé, mais dans une moindre mesure, en Europe. Après des mois de hausse des prix, l’inflation annuelle dans les 19 pays qui utilisent l’euro a baissé pour le deuxième mois consécutif en décembre, mais s’élève toujours à 9,2 %. Ce chiffre est inférieur à celui de novembre (10,1 %), les prix de l’énergie ayant baissé par rapport aux sommets de l’été.

En Israël, la Banque centrale a augmenté les taux d’intérêt au début du mois pour la septième fois consécutive, relevant son taux directeur de 50 points de base pour le porter à 3,75 %, dans une nouvelle tentative visant à ralentir le rythme de l’inflation. La Banque d’Israël cherche à ramener l’inflation dans la fourchette cible du gouvernement de 1 % à 3 %.

Le gouverneur de la Banque d’Israël, Amir Yaron, a fait remarquer que la pression inflationniste devrait se poursuivre au cours des deux prochains mois avant de commencer à diminuer progressivement, bien qu’à un rythme plus lent que prévu. Les économistes de la Banque centrale s’attendent désormais à ce que le taux d’inflation baisse à 3 % au cours de l’année prochaine, contre 2,5 % prévus en octobre, et qu’il atteigne 2 % en 2024. L’économie devrait croître à un taux annuel de 2,8 % en 2023, révisé à la baisse par rapport aux 3 % prévus en octobre, et de 3,5 % en 2024.

Le département de recherche de la Banque d’Israël estime qu’il est possible d’augmenter encore les taux d’intérêt, le taux directeur des prêts devant atteindre 4 % l’année prochaine, contre 3,5 % dans son estimation précédente.

Les économistes de la Banque Leumi s’attendent à ce que la Banque centrale, lors de sa prochaine réunion monétaire le 20 février, augmente les coûts d’emprunt de 25 points de base pour atteindre 4 %.

Les prévisions de la Banque centrale ont été publiées avant l’annonce, mercredi soir, d’un nouveau plan gouvernemental visant à lutter contre le coût élevé de la vie. Dans le cadre du plan présenté par le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, pour ralentir le rythme de l’inflation, les récentes hausses de prix touchant les services publics de base, le carburant et les taxes foncières municipales, seront gelées ou réduites.

Parmi ces mesures figurent un gel d’un an des taux de l’impôt foncier municipal, une réduction des taxes d’accise sur le carburant de 0,10 shekels par litre jusqu’à la fin de 2023, ce qui revient à annuler la hausse du prix du carburant de 0,09 shekels de janvier, le prix du sans-plomb 95 étant fixé chaque mois par le gouvernement, une réduction de la hausse du prix de l’électricité de 8,2 % prévue en janvier à seulement 2,5 % et une réduction similaire de la hausse du prix de l’eau de 3,5 % à seulement 1 %.

Gil Bufman, économiste en chef de la Banque Leumi, estime que les mesures gouvernementales, combinées au renforcement du shekel – qui a gagné environ 4 % au cours de la semaine dernière – devraient modérer les indices des prix pour les mois de janvier et de février.

« Il s’agit de changements ponctuels dans les prix et non de mesures continues », a écrit Bufman dans un rapport publié dimanche avant la publication des chiffres de l’IPC. « Nous pensons qu’au cours des deux prochains mois, le taux d’inflation réel, mesuré sur les 12 derniers mois, devrait continuer à osciller autour du niveau de 5 %, avant de commencer à baisser. »

Leumi avait prévu une augmentation de 0,4 % de l’IPC de décembre, portant l’inflation annuelle à 5,4 % au cours de 2022. En 2023, le taux d’augmentation de l’IPC devrait se situer autour de 2,50 %, selon Leumi.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.