Entretien avec le voisin juif d’Adolf Hitler, confiné au Royaume-Uni
Rechercher
Interview

Entretien avec le voisin juif d’Adolf Hitler, confiné au Royaume-Uni

Dans "Hitler, mon voisin", Edgar Feuchtwanger, 95 ans, se souvient du jour où, enfant, il se promenait avec sa nounou à Munich, et ont croisé le dictateur nazi... qui les a salués

  • Edgar Feuchtwanger devant l'ancienne maison de Hitler, Prinzregentenplatz 16, à Munich, en Allemagne. (Autorisation)
    Edgar Feuchtwanger devant l'ancienne maison de Hitler, Prinzregentenplatz 16, à Munich, en Allemagne. (Autorisation)
  • De gauche à droite : Le Premier ministre italien Benito Mussolini, le chancelier allemand Adolf Hitler, Paul-Otto Schmidt (traducteur du ministère allemand des Affaires étrangères), et le Premier ministre britannique Neville Chamberlain, Accords de Munich, septembre 1938. (Archives fédérales allemandes via Wikicommons)
    De gauche à droite : Le Premier ministre italien Benito Mussolini, le chancelier allemand Adolf Hitler, Paul-Otto Schmidt (traducteur du ministère allemand des Affaires étrangères), et le Premier ministre britannique Neville Chamberlain, Accords de Munich, septembre 1938. (Archives fédérales allemandes via Wikicommons)
  • Edgar Feuchtwanger (à droite) se baignant dans un parc de Munich avec sa demi-sœur Dorle, 1929. (Autorisation)
    Edgar Feuchtwanger (à droite) se baignant dans un parc de Munich avec sa demi-sœur Dorle, 1929. (Autorisation)
  • Ludwig Feuchtwanger en train d'étudier chez lui à Munich. (Autorisation)
    Ludwig Feuchtwanger en train d'étudier chez lui à Munich. (Autorisation)

En 1929, Adolf Hitler s’installe dans un appartement en face de la famille Feuchtwanger à Munich, en Allemagne. Alors jeune garçon, Edgar Feuchtwanger, son père Ludwig et sa mère Erna pouvaient apercevoir Hitler à travers la fenêtre.

« Je serais devenu de la viande hachée si les nazis avaient su qui j’étais et que je vivais sous leur nez », a déclaré Feuchtwanger, 95 ans, au Times of Israel dans une récente interview depuis sa maison de Winchchester, en Angleterre.

Feuchtwanger a fait équipe en 2013 avec le journaliste et écrivain français Bertil Scali pour publier son improbable histoire dans un mémoire intitulé « Hitler, mon voisin ». Le livre a été traduit en anglais en 2017 sous le titre « Hitler, My Neighbor : Memories of a Jewish Childhood 1929-1939 », et il est maintenant sorti en édition de poche.

Feuchtwanger se souvient de s’être demandé ce que faisait ou pensait Hitler alors qu’il prenait un pouvoir de plus en plus grand et dépouillait les citoyens juifs comme les Feuchtwanger de leurs droits après être devenu chancelier en 1933.

Le cahier d’exercices scolaire d’Edgar Feuchtwanger daté du 1er mai 1933. (Autorisation)

Comme la plupart des gens, Feuchtwanger a été confiné chez lui à cause de la pandémie du COVID-19. « C’est un peu ennuyeux », dit-il. « Mais nous pouvons y survivre. Nous avons connu pire ».

Si certains peuvent être intéressés par le simple fait de savoir ce que cela faisait de n’être séparé que de quelques mètres de l’individu le plus diabolique de l’histoire, d’autres trouveront dans ces mémoires des enseignements essentiels pour le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui.

On peut dire que ce livre est plus pertinent aujourd’hui qu’il ne l’était lorsqu’il a été publié pour la première fois, dans la période pré-Trump et pré-Brexit.

Dans « Hitler, mon voisin », Feuchtwanger se souvient avec force détails, et du point de vue d’un enfant, de ce que c’était que de grandir dans le berceau du nazisme alors que la vie devenait de plus en plus insupportable pour les Juifs allemands.

« J’imagine ce que ça doit être d’être Hitler. Je me demande ce qu’il mange au petit-déjeuner. Je vois son ombre passer derrière un cadre de fenêtre. Il me déteste. Il me déteste. Sans même savoir que j’existe », a écrit Feuchtwanger.

Edgar Feuchtwanger (à droite) se baignant dans un parc de Munich avec sa demi-sœur Dorle, 1929. (Autorisation)

Le garçon juif regardait le Führer quitter la Prinzregentenplatz 16 pour entrer dans son énorme et élégante Mercedes avec ses gardes du corps. Il était également aux premières loges lorsque des dirigeants mondiaux tels que le Premier ministre britannique Neville Chamberlain, le Premier ministre italien Benito Mussolini et le Premier ministre français Édouard Daladier sont arrivés à l’automne 1938 pour négocier avec Hitler – ou plutôt capituler devant lui – à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

Il y a même eu une fois où Hitler a levé son chapeau devant le jeune Juif qui passait sur le trottoir alors qu’il se promenait avec sa nounou Rosie.

De gauche à droite : Le Premier ministre italien Benito Mussolini, le chancelier allemand Adolf Hitler, Paul-Otto Schmidt (traducteur du ministère allemand des Affaires étrangères), et le Premier ministre britannique Neville Chamberlain, Accords de Munich, septembre 1938. (Archives fédérales allemandes via Wikicommons)

Tout cela semble assez incroyable étant donné que Feuchtwanger était non seulement le fils d’un éminent éditeur juif, mais aussi le neveu de l’ennemi juré d’Hitler, le célèbre écrivain Lion Feuchtwanger, qui avait ouvertement critiqué le parti nazi pendant des années, et qui fut contraint à l’exil en France en 1933. Toutes ses œuvres ont été brûlées par les nazis.

Une page du cahier d’exercice scolaire d’Edgar Feuchtwanger du 20 avril 1934. (Autorisation)

Alors que le petit garçon juif était forcé d’apprendre et d’intérioriser la propagande nazie, et qu’il était de plus en plus ostracisé par ses amis à l’école, à la maison, ses parents vivaient presque comme si la République de Weimar était encore vivante. Ils lisaient sans cesse les journaux et étaient bien conscients de la situation politique. Son père a perdu son emploi. Pourtant, ils restaient optimistes et pensaient que la situation allait s’améliorer.

« Les parents d’Edgar ont créé une bulle pour le protéger et préserver la beauté, le charme, la poésie alors que le monde se réduisait de plus en plus », a déclaré le co-auteur Scali, 50 ans, au Times of Israel dans une interview téléphonique depuis son domicile à Bordeaux, en France.

Scali (dont le grand-père paternel était un juif séfarade d’Algérie qui a immigré à Paris au début du XXe siècle et a survécu à la Seconde Guerre mondiale avec sa famille dans la clandestinité) pense aux deux immeubles de cette rue de Munich en termes métaphoriques. L’un était un édifice de la brutalité, l’autre un palais de la culture, de l’art et de l’intellectualisme. C’était comme s’ils étaient en concurrence pour voir lequel s’écroulerait en premier.

Comme nous le savons, la brutalité du nazisme l’a emporté dans un premier temps. « Mais finalement, la culture et la sophistication ont gagné la guerre, parce que nous avons un vieil homme [Feuchtwanger] qui a eu le dernier mot », a déclaré Scali.

Feuchtwanger, qui est devenu professeur d’histoire, a eu beaucoup de chance de survivre pour raconter son histoire. Ses parents et lui ont réussi à trouver refuge au Royaume-Uni au début de l’année 1939, mais ce n’est qu’après l’arrestation et la torture de son père à Dachau, à la suite de la Nuit de Cristal en novembre 1938, que la famille a pris des mesures sérieuses pour tenter de quitter l’Allemagne.

Ludwig Feuchtwanger en train d’étudier chez lui à Munich. (Autorisation)

Ils avaient déjà songé à émigrer auparavant, le père de Feuchtwanger, Ludwig, ayant même rendu visite à deux de ses sœurs en Palestine dans le cadre d’une mission de reconnaissance. Ludwig se considérait comme un Allemand de bout en bout puisque sa famille résidait en Allemagne depuis 1555. Il disait ne pas aimer le climat en Palestine – tant du point de vue météorologique que politique – alors il a laissé passer l’occasion de s’installer dans ce qui allait devenir plus tard l’État juif.

Ludwig a mis son veto à l’idée de rejoindre une autre sœur à Prague. « Nous avons eu raison de ne pas immigrer là-bas », a-t-il dit à son fils après l’annexion de la Tchécoslovaquie par l’Allemagne. « Nous sommes plus en sécurité sous le nez d’Hitler. Son génie est si étendu qu’il a oublié de regarder par sa fenêtre. Si seulement il savait ! »

Erna Feuchtwanger tenant son jeune fils Edgar dans ses bras à Munich en 1924. (Autorisation)

Au moins en ce qui concerne Prague, Ludwig avait raison. De tous les parents et amis juifs des Feuchtwangers, seule la sœur de Ludwig à Prague a été assassinée pendant la Shoah.

« Personne ne connaît l’avenir. On se demande pourquoi certains voient le danger et d’autres pas. Les différents parents des deux côtés de la famille d’Edgar ont adopté des approches différentes », a déclaré M. Scali.

Notamment, tout au long de « Hitler, mon voisin », et surtout lorsque Feuchtwanger devient adolescent, c’est lui qui semble discerner avec le plus d’acuité le danger croissant qui pèse sur les Juifs allemands. Cependant, en tant que mineur, il est à la merci des décisions de ses parents.

« Nous entendons [Hitler] crier à la radio tous les soirs. Il m’arrive de le croiser le matin. Alors que notre monde se rétrécit progressivement, le sien s’agrandit. Et je continue à m’échapper dans ma propre tête, à lire, à rêver, à voyager dans mes pensées », a écrit Feuchtwanger.

Edgar Feuchtwanger, (à droite), avec le co-auteur Bertil Scali, a observé de près la montée au pouvoir d’Hitler, puis a fui Munich avec sa famille après la Nuit de cristal. (Avec l’aimable autorisation des Editions Michel Lafon)

Étant donné la récente montée du populisme et de l’autoritarisme, et le soutien croissant aux partis d’extrême droite et aux suprémacistes blancs dans de nombreux pays depuis la publication initiale du livre, Scali estime que son contenu est plus pertinent que jamais.

« Hitler, mon voisin » par Edgar Feuchtwanger et Bertil Scali. (Editions Michel Lafon)

« Je ne crois pas que la même histoire puisse se reproduire deux fois. Les dirigeants d’aujourd’hui ne sont pas des nazis, mais nous avons certainement appris que les dirigeants qui prétendent avoir des solutions rapides ou des formules simples sont dangereux », a déclaré M. Scali.

Interrogé sur la montée de l’antisémitisme en France et dans toute l’Europe, Scali, qui est laïc et d’origine catholique du côté de sa mère, a déclaré qu’il n’avait jamais été personnellement confronté à des actes de haine envers les Juifs.

« L’antisémitisme est quelque chose de très abstrait pour moi, mais je sais qu’il existe. Je suis cependant préoccupé par la montée de l’extrême droite en Europe », a déclaré M. Scali.

« Est-ce la même chose que dans les années 1930 ? Je ne pense pas, mais on ne sait jamais. La brutalité fait partie de l’humanité », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...