Rechercher

Gay Pride de Jérusalem : 7 000 personnes défilent lors de la 20e marche des fiertés

La marche s'est terminée pacifiquement ; dix personnes ont été arrêtées ; c'est "une victoire de la lumière sur les ténèbres", a déclaré le ministre de la Sécurité intérieure

Des milliers de personnes participent à la marche annuelle des fiertés de Jérusalem, le 2 juin 2022. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)
Des milliers de personnes participent à la marche annuelle des fiertés de Jérusalem, le 2 juin 2022. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)

Des milliers de participants ont défilé lors de la marche annuelle des fiertés de Jérusalem jeudi sans incident majeur, après que des menaces ont été proférées à l’encontre d’un certain nombre d’élus et l’un des organisateurs de la marche qui prévoyaient d’y assister.

Plus de 7 000 participants ont défilé depuis le parc Liberty Bell, en remontant les rues Keren Hayesod et Roi George pour se terminer dans le centre-ville, au Gan HaAtsmaout. Il s’agissait de la 20e Gay Pride dans la capitale du pays.

Le président de la Knesset, Mickey Levy, s’est adressé à la foule à la fin de la marche au Gan HaAtsmaout, une première pour un titulaire de ce poste.

Levy s’est dit « choqué jusqu’au plus profond de son âme » par les menaces de violence.

« Je suis donc venu aujourd’hui pour m’opposer à ce spectre maléfique », a déclaré Levy, exprimant son soutien à l’égalité des citoyens LGBTQ.

« Vous avez le droit d’aimer qui vous voulez, vous avez le droit de vous marier avec qui vous aimez, vous avez le droit d’élever une famille comme tout le monde. Ce ne sont pas des privilèges, ce sont des droits fondamentaux pour chaque citoyen du pays », a-t-il ajouté.

Le président de la Knesset, Mickey Levy, prend la parole lors de la marche annuelle des fiertés de Jérusalem au Gan HaAtsmaout, le 2 juin 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de l’Égalité Meirav Cohen et le ministre de la Sécurité intérieure Omer Barlev se sont également joints aux milliers de marcheurs.

Barlev a qualifié le défilé de « victoire de la lumière sur l’obscurité, victoire du bon sens sur l’extrémisme ». Il a déploré que la police ait été contrainte d’assurer la sécurité de cet événement « coloré et magnifique », « au lieu de protéger les citoyens contre le crime et la terreur ».

Dix personnes ont été arrêtées à Jérusalem et emmenées pour être interrogées par la police qui les soupçonnait de vouloir nuire aux participants.

Le groupe d’aide juridique d’extrême-droite Honenu, qui représente souvent des individus d’extrême droite, a affirmé que, parmi les personnes arrêtées, se trouvaient des mineurs, et que certains se rendaient à une contremarche légale.

Parmi les personnes arrêtées figurent deux hommes originaires de Jérusalem et de Beit Shemesh, qui, selon la police, avaient l’intention d’attaquer des personnes lors de la marche. La police a déclaré que les agents avaient fouillé une voiture qu’ils ont jugée suspecte près de la rue Emek Refaim et ont trouvé du gaz lacrymogène à l’intérieur du véhicule.

La police se trouvait en état d’alerte jeudi à l’approche du défilé et a déclaré qu’elle allait déployer plus de 2 400 agents pour le protéger. La police a identifié et surveillé quelque 180 personnes susceptibles de constituer une menace pour les participants. Au moins 20 de ces suspects étaient considérés comme hautement susceptibles d’essayer d’attaquer l’événement, toujours selon la police.

Yehuda Gedalia, 21 ans, a été arrêté mercredi en fin de journée pour avoir prétendument envoyé des menaces sur Facebook et Twitter à la directrice communautaire de la Jerusalem Open House for Pride and Tolerance, et organisatrice de la parade annuelle, Emuna Klein Barnoy : « Nous ne permettrons pas que la marche des fiertés se tienne à Jérusalem. Jérusalem est une ville sainte. Le sort de Shira Banki vous attend. »

Le message a également été envoyé aux députés Gilad Kariv (Parti travailliste), Naama Lazimi (Parti travailliste) et Eitan Ginzburg (Kakhol lavan).

La menace a été envoyée sur Facebook et Twitter à partir d’un compte portant le nom de « Les frères de Yishai Schlissel ».

Schlissel est l’extrémiste haredi qui avait poignardé à mort Shira Banki, 16 ans, lors de la Pride dans la capitale en 2015, trois semaines seulement après sa sortie de prison, où il avait purgé huit ans pour une attaque au couteau lors de la Pride de 2005 à Jérusalem.

L’assassin de la Gay Pride Yishai Schlissel conduit hors de la salle d’audience, au tribunal de district de Jérusalem, après avoir été condamné à la prison à vie et à 31 ans supplémentaires, le 26 juin 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Ori Banki, le père de Shira Banki, devait prendre la parole lors d’une fête organisée après la marche.

La parade annuelle des fiertés est un moment important pour la communauté LGBTQ dynamique de Jérusalem, qui est souvent éclipsée par le caractère gay-friendly de Tel Aviv ainsi que les tensions religieuses et politiques omniprésentes dans la capitale.

Des Gay Prides sont organisées chaque année dans plusieurs endroits du pays. Tel Aviv organise le plus grand évènement, auquel participent généralement des dizaines de milliers de personnes. Elle doit avoir lieu cette année le 10 juin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...