Hanegbi juge les salves de roquettes du Hamas « mineures » ; vives condamnations
Rechercher

Hanegbi juge les salves de roquettes du Hamas « mineures » ; vives condamnations

Netanyahu a condamné les propos du ministre du Likud, qui a estimé que ça aurait été "une autre histoire" si le Hamas avait tiré des roquettes sur Tel Aviv au lieu du sud d'Israël

Le ministre de la Coopération régionale Tzachi Hanegbi à la Knesset, le 9 juillet 2017. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de la Coopération régionale Tzachi Hanegbi à la Knesset, le 9 juillet 2017. (Yonatan Sindel/Flash90)

Un haut-ministre du Likud, Tzachi Hanegbi, a déclaré jeudi que les violences qui ont opposé Israël et la bande de Gaza en début de semaine étaient une escalade « mineure » parce qu’elles ne ciblaient pas Tel Aviv. Ces propos ont suscité une condamnation générale, y compris de la part du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

« Les attaques par le Hamas étaient mineures, la plupart des tirs [de roquettes] étaient autour de la région de Gaza », a déclaré Hanegbi au micro de la radio militaire dans une interview. « Tirer des roquettes sur Tel Aviv, c’est une autre histoire. »

Netanyahu a vivement condamné les descriptions de Hanegbi, affirmant que « l’agression du Hamas n’est pas ‘mineure’ et qu’il n’y a aucune différence entre les tirs du Hamas sur les résidents du sud d’Israël et les tirs sur d’autres régions de l’Etat d’Israël ».

Les propos de Hanegbi, qui semblaient vouloir protéger Netanyahu des critiques sur sa gestion des deux jours de tensions à Gaza, ont été rapidement condamnés par l’ensemble de l’échiquier politique.

Un homme debout à l’intérieur d’une maison qui a été touchée par une roquette tirée depuis la bande de Gaza dans la ville d’Ashkelon, au sud d’Israël, le 13 novembre 2018 (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Miri Regev, également du Likud, a écrit sur Twitter que les propos de Hanegbi étaient « déplacés », bien qu’elle ait souligné son opposition au cessez-le-feu validé par Netanyahu.

« Tzachi, mon ami, tu as tort et tes propos sont déplacés. La région mitoyenne à Gaza et Tel Aviv, c’est la même chose », a-t-elle dit. « Les tirs de roquette qui mettent en danger les citoyens d’Israël doivent donner lieu à des ripostes de la même envergure. »

Les dirigeants de l’opposition ont également fustigé Hanegbi. Avi Gabbay, chef de l’Union sioniste, a accusé le gouvernement Netanyahu de faire preuve de discrimination envers ses concitoyens.

« Selon Hanegbi, les résidents de Tel Aviv sont intouchables, mais ceux du sud peuvent être visés », a déclaré Gabbay dans un communiqué. « Un gouvernement sans valeurs, qui discriminent ses citoyens doit plier bagage. »

Pour Yair Lapid, chef du parti Yesh Atid, les propos de Hanegbi relèvent du « scandale moral ».

« C’est un scandale moral et une honte pour la sécurité », a tweeté Lapid. « Les résidents de la région de Gaza ennuient peut-être Netanyahu, mais ils sont citoyens, et méritent d’être protégés des roquettes. »

Durant cette interview, Hanegbi a également parlé de la démission soudaine de Liberman, en signe de protestation contre un cessez-le-feu conclu avec le groupe terroriste du Hamas, et négocié par l’Egypte.

Avigdor Liberman annonce sa démission du ministère de la Défense lors d’une conférence de presse à Jérusalem le 14 novembre 2018 (Crédit : Yonatan Sindel / FLASH90)

Il a fustigé son confrère du parti HaBayit HaYehudi Naftali Bennett, qui a menacé de quitter la coalition s’il n’obtenait pas le portefeuille de la Défense après le départ de Liberman.

« Etre nommé à une position importante en donnant des ordres violents au Premier ministre va à l’encontre du concept de partenariat dans une coalition », a-t-il dit.

Hanegbi a déclaré que s’il se trouvait « apte à remplir cette fonction, mieux que d’autres », Netanyahu est susceptible de garder ce portefeuille pour lui-même.

« De ce que je sais du Premier ministre, il n’aime pas lâcher prise », a-t-il dit à la radio.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...