Hébron : Un activiste dit avoir été arrêté par l’AP pour des critiques en ligne
Rechercher

Hébron : Un activiste dit avoir été arrêté par l’AP pour des critiques en ligne

Issa Amro, qui a été jugé par des tribunaux israéliens et palestiniens, dit avoir été accusé de cybercrime après avoir dénoncé la corruption présumée de l'Autorité palestinienne

Issa Amro, militant palestinien, avant le début de son procès à la cour de justice militaire d'Ofer, à Betunia, près de Ramallah, en Cisjordanie, le 9 juillet 2017. (Crédit : Abbas Momani/AFP)
Issa Amro, militant palestinien, avant le début de son procès à la cour de justice militaire d'Ofer, à Betunia, près de Ramallah, en Cisjordanie, le 9 juillet 2017. (Crédit : Abbas Momani/AFP)

Un activiste de Hébron a déclaré avoir été arrêté, lundi soir, et placé en détention en raison d’un post publié sur Facebook dans lequel il avait accusé les responsables de l’Autorité palestinienne de corruption.

Issa Amro, animateur social du quartier Tel Rumeida à Hébron, a indiqué avoir été convoqué par la police palestinienne pour un interrogatoire. Il a déclaré avoir été libéré avant d’être à nouveau appréhendé et placé en détention pendant une nuit.

« J’ai demandé pourquoi on m’avait arrêté, moi, un activiste, plutôt que d’arrêter ceux qui sont corrompus. Ils choisissent d’arrêter ceux qui s’opposent aux corrompus à la place », a commenté Amro lors d’un appel téléphonique.

« On m’a gardé au commissariat dans la saleté, dans des conditions indignes », a ajouté Amro.

Amro a précisé avoir été placé en détention en vertu de la loi controversée sur le crime en ligne qui a été adoptée par l’AP en 2018 et qui permet des arrestations arbitraires pour « diffamation » sur internet contre les institutions du gouvernement. Les groupes de défense des droits de l’Homme affirment que l’AP abuse de cette législation, l’utilisant de manière inconsidérée pour arrêter ses opposants politiques.

Selon le groupe juridique palestinien Avocats pour la Justice, au moins 23 Palestiniens ont été appréhendés en Cisjordanie par l’Autorité palestinienne entre le mois de mai 2020 et le mois de mai 2021 pour « raisons politiques ».

Le Times of Israël a tenté d’obtenir, en vain, un commentaire de la part du bureau du procureur public de l’Autorité palestinienne.

Amro est un critique de longue date d’Israël et de l’AP et il a été traduit devant des tribunaux israéliens et palestiniens. En 2017, il a purgé une peine d’une semaine d’emprisonnement pour ses critiques à l’encontre du président de l’AP Mahmoud Abbas.

Il a aussi écopé d’une peine de trois mois avec sursis, l’année dernière, devant une cour militaire israélienne après avoir été condamné pour avoir participé à des manifestations non-autorisées et pour agression – il avait bousculé un gardien de la sécurité civile israélienne.

L’activiste de Hébron a aussi récemment rencontré le secrétaire d’État américain Anthony Blinken pendant la visite effectuée par le diplomate en Cisjordanie, dans le cadre d’une réunion avec un groupe de responsables de la société civile palestinienne.

Le soutien apporté par les Palestiniens à l’Autorité palestinienne a chuté ces derniers mois. Au mois d’avril, Abbas a annulé les toutes premières élections palestiniennes qui devaient être organisées en seize ans. En revanche, le Hamas, rival de l’AP, a gagné en popularité en Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...