Rechercher

Israël n’est pas mentionné dans le nouveau projet pro-démocratie de l’AIPAC

Le "United Democracy Project" vise à soutenir les "démocraties du monde entier" et à renforcer l’implication de la communauté pro-israélienne en politique

La page web du nouveau United Democracy Project de l’AIPAC, ou super PAC, telle que vue le 21 mars 2022. Ni l’AIPAC ni Israël ne sont mentionnés. (Capture d’écran via la JTA)
La page web du nouveau United Democracy Project de l’AIPAC, ou super PAC, telle que vue le 21 mars 2022. Ni l’AIPAC ni Israël ne sont mentionnés. (Capture d’écran via la JTA)

WASHINGTON, États-Unis (JTA) – Le nouveau comité d’action politique [PAC] de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) ne laisse pas de doute sur ce qu’il est : sous l’appellation PAC de l’AIPAC, il s’engage à soutenir les candidats pro-israéliens.

En revanche, le Super PAC lancé en décembre par l’AIPAC a lancé en décembre est plus flou : il s’appelle « United Democracy Project ». Son bref énoncé de mission ne mentionne ni Israël ni le puissant lobby pro-israélien qui a présidé à sa fondation. Au lieu de cela, il met l’accent sur la promotion de la démocratie.

« United Democracy Project est une organisation composée de citoyens américains, démocrates et républicains, unis autour de la conviction que nous sommes plus forts comme nation lorsque nous nous rassemblons pour soutenir notre démocratie et d’autres, à travers le monde », indique l’énoncé de mission sur son site Web.

« United Democracy Project travaille à faire élire des candidats qui partagent notre vision d’une Amérique rassemblée pour soutenir nos intérêts mutuels et notre croyance en la démocratie. »

Interrogé sur les raisons pour lesquelles le super PAC ne déclarait pas soutenir Israël, le porte-parole de l’AIPAC, Marshall Wittmann, n’a pas répondu clairement.

« Comme nous l’avons indiqué au moment de l’annonce du PAC et du Super-PAC, la création des PAC est l’occasion d’approfondir et renforcer considérablement l’implication de la communauté pro-israélienne dans la politique », a déclaré Wittmann lundi, en réponse à une question adressée par courrier électronique.

La révélation du nom et de la mission du Super PAC a eu lieu au moment-même où le PAC de l’AIPAC, s’attirait les foudres des démocrates pour avoir soutenu plusieurs dizaines de républicains connus pour avoir voté contre la confirmation de Joe Biden à la présidence, le 6 janvier 2021. Ces critiques ont déclaré qu’un PAC pro-israélien ne devait pas soutenir des candidats qui, à l’instar des insurgés qui ont pris part à l’émeute meurtrière ce jour-là au Capitole, ont cherché à empêcher l’approbation de Biden.

Un manifestant brandit une pancarte devant le Capitole, à Washington, le 6 janvier 2022. (Evan Vucci/AP)

Les objectifs du Super PAC de l’AIPAC ont été précisés dans une annonce parue dans le journal The Hill, un quotidien largement lu au Congrès. Publiée sous forme d’offre d’emploi pour un directeur politique, l’annonce indiquait que le Super PAC mettrait l’accent sur les relations américano-israéliennes et que le directeur politique relèverait de Rob Bassin, PDG du United Democracy Project qui, pendant 22 ans, a été le directeur politique de l’AIPAC.

L’annonce a été retirée lundi après que les journalistes ont commencé à poser des questions sur le nouveau Super PAC.

Selon la commission électorale fédérale, l’United Democracy Project aurait jusqu’à présent recueilli près de 10 millions de dollars, dont 8,5 millions de dollars de l’AIPAC elle-même.

Les Super PAC peuvent allouer un montant illimité à la promotion d’un candidat, s’opposer à un candidat ou promouvoir ou s’opposer à un sujet, tant que le Super PAC n’est pas directement lié à une campagne en particulier.

Les PAC traditionnels peuvent verser un maximum de 5 000 dollars par candidat, par élection et peuvent également lui faire parvenir des contributions individuelles. L’intérêt pour une personne de faire passer sa contribution par un PAC plutôt que directement est que le candidat comprend ce qui motive le don. Financer à un candidat par le biais du PAC traditionnel de l’AIPAC signifie que la principale motivation des donateurs est pro-israélienne.

Le Premier ministre Naftali Bennett rencontre le PDG de l’AIPAC, Howard Kohr, à Washington, le 25 août 2021. (Avi Ohayon/GPO)

La mission du PAC de l’AIPAC, telle que présentée sur son site Web, est simple :
« Le PAC de l’AIPAC soutient les membres démocrates et républicains pro-israéliens du Congrès et les candidats au Congrès pour assurer l’avenir des relations américano-israéliennes. »

Pendant la majeure partie de son histoire et en dépit de son acronyme, l’AIPAC était un lobby qui ne contribuait pas et ne pouvait pas contribuer aux campagnes politiques. Lorsqu’il a annoncé le lancement des deux PAC en décembre, il a déclaré que le super PAC n’avait pas encore été nommé, bien que United Democracy Project ait eu un compte Twitter à son nom depuis septembre dernier.

Les dénominations génériques un peu vagues des Super-PAC ne sont pas inhabituelles. « Restore Common Sense », qui soutient un Républicain conservateur candidat au Sénat en Caroline du Nord, ne présente qu’un croquis de Thomas Paine et une citation du père fondateur sur son site Web.

« American Leadership Action » a été créé pour soutenir la candidature de Mehmet Oz, le médecin star de la télévision, devenu candidat républicain au Sénat en Pennsylvanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...