Joe Biden écrit un hommage très émouvant au sujet de Peres, « l’âme d’Israël »
Rechercher

Joe Biden écrit un hommage très émouvant au sujet de Peres, « l’âme d’Israël »

Joe Biden, vice-président des États-Unis a délivré un hommage long et personnel à Peres, qu’il appelle « l’âme d’Israël », le « trésor » national

Le vice-président américain Joe Biden rencontre l'ancien président Shimon Peres à Jaffa le 8 mars 2016. (Crédit : Centre Peres pour la paix)
Le vice-président américain Joe Biden rencontre l'ancien président Shimon Peres à Jaffa le 8 mars 2016. (Crédit : Centre Peres pour la paix)

Voici la déclaration très personnelle du vice-président américain, Joe Biden, suite à la mort de l’ancien président israélien, mort dans la nuit de mardi à mercredi.

« Shimon Peres faisait partie de cette élite dont l’expérience n’était surpassée que par son authentique sagesse et son éloquence.

Lorsqu’il parlait, tout le monde écoutait. Et bien après qu’il ait quitté la pièce, ses mots résonnaient encore. Ils s’infiltraient dans votre âme et vous accompagnaient. Shimon Peres était une véritable force de la nature.

Aujourd’hui, nous avons perdu un dirigeant exceptionnel, une voix puissante pour la paix et le progrès dans ce monde. Son absence se fera ressentir dans le monde entier, dans chaque cœur qu’il a touché, y compris le mien.

J’ai eu l’immense privilège, au cours de ces 40 dernières années, de profiter de son amitié et de ses conseils. Et à chaque rencontre, j’étais impressionné par son incroyable compassion, son énergie intarissable, sa curiosité insatiable. Même à 93 ans, Shimon était à l’affût de la prochaine grande idée, le prochain rêve à réaliser.

Il faisait partie d’une génération exceptionnelle de fondateurs – ces hommes et ces femmes qui ont vu la nécessité de fonder un État juif en Israël – , et contre tous, l’ont mis sur pied.

La réussite d’Israël n’était pas gagnée d’avance. Mais il y avait la détermination sans faille de ceux qui l’ont fondée. Ben Gurion. Meir. Rabin. Et leur benjamin, un jeune dans la vingtaine, qui s’appelait Shimon Peres, et qui dédiera sa vie et son travail au service d’Israël pendant plus de 70 ans.

Il était un trésor. Il avait occupé tous les postes ; Gagné toutes les récompenses et les reconnaissances, y compris la plus haute distinction civile américaine. Et il n’a jamais cessé d’être au service de la nation. Il ne savait pas ce que voulait dire le mot ‘abandonner’.

Il s’est assuré qu’Israël soit fort et en sécurité, pour que le pays puisse se défendre. Il a ensuite œuvré sans relâche pour rendre Israël encore plus fort, avec un engagement indéfectible à faire régner la paix. La dernière fois que je me suis assis avec Shimon, en mars dernier, au Centre de Paix à Tel Aviv, il a dit : « nous avons abandonné la guerre, parce que la guerre n’a mené à rien. »

Chaque nation a une âme, quelqu’un qui incarne l’esprit du peuple.

Et pendant des années, Shimon Peres a été l’âme d’Israël. LE monde est un peu plus sombre sans lui.

Jill et moi-même présentons nos plus sincères condoléances au peuple d’Israël. Et nos prières vont vers ses enfants, Zvia, Yoni et Chemi ainsi qu’à leurs familles. Que sa mémoire soit source de bénédiction pour nous tous. »

Chemi Peres, le fils de l'ancien président Shimon Peres, devant l'hôpital Tel Hashomer, à Ramat Gan, le 13 septembre 2016. (Crédit : Flash90)
Chemi Peres, le fils de l’ancien président Shimon Peres, devant l’hôpital Tel Hashomer, à Ramat Gan, le 13 septembre 2016. (Crédit : Flash90)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...