Shimon Peres “a travaillé sans cesse pour Israël”, a déclaré son fils
Rechercher

Shimon Peres “a travaillé sans cesse pour Israël”, a déclaré son fils

Chemi Peres a parlé de l’amour de son père pour le peuple d’Israël, et du travail de sa vie pour la paix et un meilleur futur

Chemi Peres, le fils de l'ancien président Shimon Peres, devant l'hôpital Tel Hashomer, à Ramat Gan, le 13 septembre 2016. (Crédit : Flash90)
Chemi Peres, le fils de l'ancien président Shimon Peres, devant l'hôpital Tel Hashomer, à Ramat Gan, le 13 septembre 2016. (Crédit : Flash90)

Chemi Peres, le fils de Shimon Peres, le dernier des pères fondateurs d’Israël, qui est mort mercredi matin vers 3h00 à 93 ans, lui a rendu un hommage émouvant.

Devant le centre médical Sheba, où son père état hospitalisé depuis un important accident vasculaire cérébral le 13 septembre, le jeune Peres a parlé de la perte de sa famille.

« Aujourd’hui, avec une profonde tristesse, nous disons au revoir à notre père bien-aimé, le neuvième président d’Israël, Shimon Peres », a-t-il déclaré.

Il a parlé de la vie de service et de dévouement à son pays de son père.

« Il était l’un des pères fondateurs de l’Etat d’Israël, et il a servi notre peuple avant même que nous ayons notre propre pays, a-t-il déclaré. Il a travaillé sans cesse pour Israël, depuis le premier jour de l’Etat jusqu’au dernier jour de sa vie. »

« Pendant ses 70 années de service public, il a été engagé et dévoué envers Israël, servant en tant que président, Premier ministre, ministre de la Défense et beaucoup d’autres postes importants, qui ont façonné notre histoire. »

La vie de Peres a été une vie d’amour total pour le peuple d’Israël, a déclaré son fils.

« Mon père disait souvent ‘vous n’êtes seulement aussi grand que la cause que vous servez’. Il n’avait aucun autre intérêt que de servir le peuple d’Israël, dans lequel il avait une grande foi et qu’il aimait précieusement, jusqu’à son dernier souffle. »

Shimon Peres pendant Yom HaAtzmaout 1960, le jour de l'Indépendance israélienne, le 2 mai 1960. (Crédit : archives du ministère de la Défense)
Shimon Peres pendant Yom HaAtzmaout 1960, le jour de l’Indépendance israélienne, le 2 mai 1960. (Crédit : archives du ministère de la Défense)

Chemi Peres a également remercié le personnel médical et exprimé des remerciements pour les messages de soutien reçus ces deux dernières semaines, quand son père était hospitalisé. « Vous avez enveloppé notre père d’amour, et nous savons à quel point il vous aimait », a-t-il déclaré.

Il a terminé en résumant l’héritage de son père à travailler pour construire un meilleur futur. « Regardez demain, nous a-t-il appris, construisez le futur d’Israël avec courage, et avec sagesse, et continuez toujours à lutter pour la paix. »

« Nous sommes privilégiés d’avoir fait partie de sa famille privée. Mais aujourd’hui, nous avons le sentiment que la nation d’Israël toute entière et la communauté mondiale pleurent cette grande perte. Nous partageons cette peine ensemble », a-t-il conclu.

Rafi Walden, le médecin personnel et gendre de Peres, a ensuite parlé de son admiration pour l’homme d’Etat et du respect qu’avait pour lui les dirigeants mondiaux.

« Pendant ses rencontres autour du monde nous étions impressionnés, encore et encore, de voir les dirigeants du monde se tenir devant lui comme des étudiants devant un rabbin, impatients d’entendre sa sagesse, a déclaré Walden. Il y a tout juste une heure, nous avons eu une conversation avec le président [américain Barack] Obama qui a parlé à ma femme, Tsvia, pour exprimer sa grande admiration pour Peres et ses condoléances à la famille. »

Obama sera l’un des nombreux dirigeants mondiaux et autres dignitaires qui se rendront en Israël pour assister aux funérailles de Peres.

Peres sera enterré vendredi au cimetière du mont Herzl, à Jérusalem. Son corps sera exposé à la Knesset de jeudi matin à vendredi. Les autorités travaillent à faciliter la présence d’un nombre énorme de personnes attendues pour rendre un dernier hommage à l’ancien président.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...