Israël en guerre - Jour 192

Rechercher

La Knesset blâme un élu d’extrême droite

Almog Cohen perd certains droits parlementaires pendant quelques jours, et 2 élus de Yesh Atid sont également punis pour leur comportement en réaction à la réforme judiciaire

Almog Cohen, député d'Otzma Yehudit, réagissant pendant une discussion à la Knesset, à Jérusalem, le 22 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Almog Cohen, député d'Otzma Yehudit, réagissant pendant une discussion à la Knesset, à Jérusalem, le 22 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La commission d’éthique de la Knesset a décidé dimanche qu’un député d’Otzma Yehudit qui s’est filmé proférant des propos racistes et offensants à l’encontre de législateurs de l’opposition sera interdit d’intervention en plénière et en commission pendant cinq jours.

Almog Cohen ne pourra pas non plus soumettre de projets de loi ou de requêtes jusqu’à la fin de l’assemblée d’hiver de la Knesset, le 2 avril, et recevra un blâme officiel.

La commission, dirigée par le député du parti Shas Yinon Azulai, a affirmé que la conduite d’Almog « n’a pas sa place dans le discours public et encore moins en séance plénière de la Knesset. Ses propos étaient diffamatoires et humiliants… et ne sauraient être justifiés. »

Cohen a provoqué un tollé après s’être filmé le mois dernier lors d’une session plénière insultant plusieurs députés de l’opposition, et parmi eux, Ofer Cassif, le seul député juif de la faction à majorité arabe Hadash-Taal, à qui il s’est adressé en faisant des bruits d’animaux et en affirmant qu’il fallait « leur parler dans une langue qu’ils comprennent ».

« Il faut lui parler comme à un mouton », a-t-il dit.

Cohen a également dit, en parlant d’Ahmad Tibi de Taal, un gynécologue de formation, « C’est un médecin mais je ne le laisserais pas soigner mon chien », et en parlant de Merav Ben-Ari de Yesh Atid, qu’elle avait « une voix qui ressemble à celle de la femme de ménage ».

Le député d’extrême droite s’est depuis excusé auprès de Merav Ben-Ari, mais a refusé de s’excuser auprès des législateurs de Hadash-Taal, déclarant explicitement que les députés de cette faction, composée selon lui de « partisans du terrorisme » et de « traîtres », n’étaient « pas dignes d’être des moutons, ce ne sont pas des humains ».

La commission d’éthique a déclaré que certains des propos de Cohen pouvaient être considérés comme « racistes et machistes ».

Dans sa décision, la commission a également réprimandé les députés de Yesh Atid, Yorai Lahav-Hertzano et Vladimir Beliak, qui ont été vus grimpant des tables lors d’une audition en commission concernant les projets de loi liés à la réforme judiciaire du gouvernement.

« Un tel comportement a des répercussions négatives sur le public qui assiste à ces scènes », a déclaré le panel.

Les deux députés ont refusé de s’excuser pour leur comportement, affirmant que leurs actions ont été menées dans le cadre d’une initiative gouvernementale qui menace la démocratie israélienne.

La vidéo de Cohen a été filmée lors des premiers votes sur des projets de loi qui sont au cœur des mesures prises par le gouvernement pour remanier le système judiciaire, notamment en donnant aux politiciens un contrôle total sur la nomination des juges et en réduisant fortement le pouvoir de la Cour suprême d’annuler des lois, tout en réservant à 61 des 120 membres de la Knesset la possibilité de les relégiférer si elle le fait.

Le député d’extrême droite est un membre du parti ultra-nationaliste Otzma Yehudit, dont le leader, le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir, a déjà été condamné pour incitation au racisme.

Pendant des années, Ben Gvir s’est décrit comme un disciple de feu le rabbin raciste Meir Kahane, dont le programme extrémiste appelait à expulser les Arabes et à criminaliser les relations entre Juifs et non-Juifs. Ces dernières années, Ben Gvir a essayé de prendre ses distances par rapport à certaines des opinions de son mentor spirituel.

Le parti Kach de Kahane a été déclaré organisation terroriste par le gouvernement israélien et le département d’État américain quelques années après l’assassinat du rabbin en 1990, avant d’être finalement dissous.

Jusqu’à récemment, une photo de Baruch Goldstein, qui a massacré 29 Palestiniens en 1994 alors qu’ils priaient au Tombeau des Patriarches à Hébron, ornait un des murs de la maison de Ben Gvir à Hébron. Il a retiré la photo lorsqu’il est devenu évident qu’elle lui portait préjudice sur le plan politique et a assuré par la suite qu’il ne considérait plus Goldstein comme un « héros ».

Avant les élections du 1er novembre – remportées par le bloc de partis de droite, d’extrême droite et ultra-orthodoxes du Premier ministre Benjamin Netanyahu – une vidéo de Cohen, filmé en caméra cachée, le montrait affirmant que la modération affichée par Otzma Yehudit sur leurs positions extrémistes n’était qu’une « ruse » pour entrer au Parlement, sous-entendant que les idéologies des membres étaient en réalité bien plus extrêmes.

 

 

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.